Skip to main content
16 février 2022

DFA Records (LCD Soundsystem, Black Dice…) fête ses 20 ans avec une énorme fête

par Antoine Gailhanou

En mars 2002, le label DFA Records publiait ses premiers singles, avec LCD Soundsystem, The Rapture et The Juan McLean. Vingt ans plus tard, après des hauts et des bas, la structure existe encore. Et entend bien fêter ça.

Un anniversaire, c’est avant tout « une excuse valable pour organiser une fête ». C’est ce qu’explique le communiqué du label DFA, annonçant une grande fête pour célébrer les 20 ans du label. Intitulée “20 Years Bad Luck », elle aura lieu le 26 mars à New York, là où a tout a commencé. Et le line up est solide : Black Dice, Museum of Love, Peter Gordon and Love Of Life Orchestra, Black Meteoric Star, auxquels s’ajoutent des DJ sets de 2ManyDJs, The Juan McLean, Maurice Fulton, Shit Robot, et bien sûr James Murphy.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par DFA Records (@dfarecs)

À lire également
Le fameux concert d’adieu de LCD Soundsytem disponible sur un vinyle monumental

C’est ce dernier qui avait fondé le label, avant même la création de LCD Soundsystem. Aux côtés de Tim Godsworthy (producteur pour The Rapture ou Massive Attack) et du manager Jonathan Galkin, il a fait de DFA le catalyseur de tout un mouvement disco-rock qui a secoué le monde entier. Porté par le succès de LCD Soundsystem, le label a ainsi propulsé Black Dice, Shit Robot, The Juan Mac Lean et bien d’autres. Autant d’artistes capables de mêler psychédélisme, house, dub et noise, réunis dans de nombreuses compilations cultes.

Le tournant des années 2010 est cependant plus compliqué. Toujours sur la route, Murphy laisse la gestion du label à ses deux acolytes. Godsworthy finit par retourner en Angleterre en 2010. Il sera en procès avec DFA en 2013, accusé de continuer de profiter des finances du label. En 2020, c’est au tour de Galkin de quitter le navire, expulsé par Murphy. La séparation est douloureuse, et implique là encore des avocats. Galkin part ainsi fonder sa propre structure, FourFour Records, et récupère de nombreux projets en cours chez DFA, dont le dernier album de Black Dice. Mais malgré ce parcours tumultueux, DFA est toujours bien vivant. On n’attend plus qu’une délocalisation en Europe.

Visited 47 times, 1 visit(s) today