DFA Records (LCD Soundsystem, Black Dice…) fête ses 20 ans avec une énorme fête

En mars 2002, le label DFA Records pub­li­ait ses pre­miers sin­gles, avec LCD Soundsys­tem, The Rap­ture et The Juan McLean. Vingt ans plus tard, après des hauts et des bas, la struc­ture existe encore. Et entend bien fêter ça.

Un anniver­saire, c’est avant tout « une excuse val­able pour organ­is­er une fête ». C’est ce qu’explique le com­mu­niqué du label DFA, annonçant une grande fête pour célébr­er les 20 ans du label. Inti­t­ulée “20 Years Bad Luck”, elle aura lieu le 26 mars à New York, là où a tout a com­mencé. Et le line up est solide : Black Dice, Muse­um of Love, Peter Gor­don and Love Of Life Orches­tra, Black Mete­oric Star, aux­quels s’ajoutent des DJ sets de 2ManyDJs, The Juan McLean, Mau­rice Ful­ton, Shit Robot, et bien sûr James Mur­phy.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par DFA Records (@dfarecs)

À lire également
Le fameux concert d’adieu de LCD Soundsytem disponible sur un vinyle monumental

C’est ce dernier qui avait fondé le label, avant même la créa­tion de LCD Soundsys­tem. Aux côtés de Tim Godswor­thy (pro­duc­teur pour The Rap­ture ou Mas­sive Attack) et du man­ag­er Jonathan Galkin, il a fait de DFA le catal­y­seur de tout un mou­ve­ment disco-rock qui a sec­oué le monde entier. Porté par le suc­cès de LCD Soundsys­tem, le label a ain­si propul­sé Black Dice, Shit Robot, The Juan Mac Lean et bien d’autres. Autant d’artistes capa­bles de mêler psy­chédélisme, house, dub et noise, réu­nis dans de nom­breuses com­pi­la­tions cultes.

Le tour­nant des années 2010 est cepen­dant plus com­pliqué. Tou­jours sur la route, Mur­phy laisse la ges­tion du label à ses deux acolytes. Godswor­thy finit par retourn­er en Angleterre en 2010. Il sera en procès avec DFA en 2013, accusé de con­tin­uer de prof­iter des finances du label. En 2020, c’est au tour de Galkin de quit­ter le navire, expul­sé par Mur­phy. La sépa­ra­tion est douloureuse, et implique là encore des avo­cats. Galkin part ain­si fonder sa pro­pre struc­ture, Four­Four Records, et récupère de nom­breux pro­jets en cours chez DFA, dont le dernier album de Black Dice. Mais mal­gré ce par­cours tumultueux, DFA est tou­jours bien vivant. On n’attend plus qu’une délo­cal­i­sa­tion en Europe.

(Vis­ité 334 fois)