À gauche le duo Die Antwoord et à droite une capture d'écran de l'interview de "Tokkie" © apolitiknow

Die Antwoord accusé d’abus sexuels, d’esclavage et de satanisme par son fils

Le duo Die Antwo­ord est accusé d’abus sex­uels, d’esclavagisme, et d’avoir des ten­dances satanistes par son fils adop­tif. Gabriel du Preez alias Tokkie a dévoilé le passé douloureux qu’il aurait vécu avec sa petite sœur Meisie, dans une inter­view dif­fusée sur le site News24

Si pour l’heure, aucune plainte n’a été déposée, les accu­sa­tions demeurent graves et choquantes à l’en­con­tre du duo de rap-rave sud-africain Die Antwo­ord. Leur fils adop­tif Gabriel du Preez accuse le cou­ple Watkin Tudor Jones alias ‘Nin­ja’, et Anri du Toit alias ‘Yolan­di Viss­er’, de l’avoir adop­té pour en faire “un esclave”. Surnom­mé “Tokkie”, du Preez appa­rait notam­ment dans les clips de “I Fink U Freaky” et “Ugly Boy” de Die Antwo­ord. Démarche éton­nante, voire dérangeante, de faire son enfant dans un morceau désig­nant un “affreux garçon” ? Encore plus lorsqu’on sait que “Tokkie” est atteint de dys­plasie ecto­der­mique hypo­hidro­tique. C’est une mal­adie géné­tique rare défor­mant cer­taines par­ties de son vis­age. Le jeune homme de 20 ans aujour­d’hui pos­sède notam­ment des dents pointues, une dys­mor­phie faciale et un teint pâle. Un hand­i­cap par­mi tant d’autres, mais ren­du insouten­able pour lui par l’at­ti­tude de ses par­ents d’adop­tion. Selon ses mots il cor­re­spond par­ti­c­ulière­ment à l’esthétique “ténébreuse et anx­iogène” dégagée par le groupe, qui en a allè­gre­ment prof­ité pour le met­tre en scène.

 

À lire également
Die Antwoord annonce son ultime album de 27 chansons

 

Mais ça ne s’ar­rête pas là. “Ils m’ont fait croire que j’étais le dia­ble, explique-t-il. Ils m’ont fait croire que je pou­vais brûler les gens en enfer, que j’étais le roi de l’enfer. Ils m’ont dit que je pou­vais amen­er les ténèbres sur Terre”, témoigne Gabriel du Preez dans son inter­view. Il racon­te com­ment, lorsqu’il avait 15 ans, il a poignardé son frère (qui n’a pas été adop­té par le cou­ple) trois fois à la suite d’une dis­pute. Devant la sit­u­a­tion, le cou­ple le félicite, lui ser­rant la main et lui dis­ant com­bi­en il est “mer­veilleux” et devient “un vrai homme”. Tokkie ajoute plus tard des faits pédophiles : “ils ont emmené ma sœur dans un sauna et tout le monde était nu. Ils voulaient que ma sœur se mette nue aus­si” ou “Yolan­di m’a appelé dans la pièce, elle était nue et vom­is­sait partout. Elle était allongée, les jambes ouvertes, comme la poupée que j’avais dans ma cham­bre”. À ce réc­it s’a­joute le pas­sif du duo qui, en 2019, lors du fes­ti­val Australia’s Future Music, avait com­mis une agres­sion homo­phobe à l’en­con­tre du leader de Her­cules & Love Affair.

Pour l’heure, le duo a nié toutes les accu­sa­tions de leur fils adop­tif. Leur agent a déclaré : “Die Antwo­ord n’est pas d’accord avec les déc­la­ra­tions de Tokkie”. Ça peut paraître assez léger, comme défense. A

(Vis­ité 23 924 fois)