L’Impératrice clôture la programmation du Paradise City festival

Vous aviez l’im­pres­sion que la Bel­gique avait le mono­pole du cool ces derniers temps ? C’est encore loin d’être ter­miné. La preuve avec le Par­adise City fes­ti­val, qui souf­flera ses cinq bou­gies dans la ville de Steenokkerzeel les 5, 6 et 7 juil­let prochains. Depuis sa créa­tion, les objec­tifs de l’évène­ment sont clairs : réu­nir le meilleur de la musique élec­tron­ique et réduire à min­i­ma l’empreinte écologique des fes­ti­va­liers.

En jetant un coup d’oeil à la pro­gram­ma­tion, on peut assuré­ment affirmer que l’ob­jec­tif numéro un est atteint avec suc­cès. Seront présents les dignes représen­tants de la house d’au­jour­d’hui : Dixon, John Tal­abot et le duo d’Adri­a­tique. Pour des accents plus dance, le fes­ti­val a fait appel à Folam­our. Le cana­di­en Daph­ni et les Français de Polo & Pan (pour un DJ set) se charg­eront enfin d’ap­porter quelques touch­es psy­chédéliques et trop­i­cales. Et pour finir sur une vague dis­co, c’est le groupe star de micro­qli­ma, L’Im­péra­trice, qui enflam­mera le dance­floor.

Con­cer­nant l’aspect écologique du fes­ti­val, le Par­adise City peut être fier. Pour cette édi­tion 2019, une atten­tion par­ti­c­ulière à été portée aux éner­gies renou­ve­lables et à une restau­ra­tion la plus éco-responsable pos­si­ble. Au menu, unique­ment des plats pré­parés avec des pro­duits de fer­miers locaux, une large gamme de propo­si­tions sans viande, pas de sucres ajoutés… Trois jours à Par­adise City pourrait-ils rem­plac­er un mois à la salle de sport ?

(Vis­ité 694 fois)