Documentaire : Steve Aoki ne dort jamais

De la créa­tion de son label Dim Mak dans son apparte­ment à des shows hys­tériques devant des cen­taines de mil­liers de per­son­nes, Steve Aoki en a fait du chemin. S’il est meilleur au lancer de gâteau qu’au mix, il faut l’ad­met­tre, tout le monde con­nait le DJ aux cheveux longs orig­i­naire du Mass­a­chu­setts. Alors Net­flix a décidé de réalis­er un doc­u­men­taire sur cet homme loufoque aux mains en l’air et à la renom­mée mondiale. 

Dirigée par le réal­isa­teur Justin Krook, une équipe de tour­nage a suivi l’én­er­gumène pen­dant plus d’un an alors qu’il sor­tait suc­ces­sive­ment ses deux derniers albums, Neon Future I et II. Si la bande-annonce du doc­u­men­taire tout juste dévoilée est pleine d’EDM, de foules en délire et de gâteaux, on y décou­vre un nou­v­el angle pen­dant quelques sec­on­des : oui, le film se focalise sur la car­rière de Steve Aoki mais pas seule­ment. Der­rière la pas­sion et surtout l’am­bi­tion du bon­homme, c’est son père, Rocky Aoki, sportif de haut niveau et fon­da­teur d’une chaine de restau­rant à suc­cès, qu’il a tou­jours cher­ché à impres­sion­ner. Si on imag­ine bien le pourquoi du com­ment, on est soulagé de con­stater qu’il ne s’ag­it pas d’un énième doc­u­men­taire sur le club­bing EDM en puis­sance. L’anec­dote : Steve Aoki a accom­pli trois cents per­for­mances l’an dernier alors si nos cal­culs sont bons, il a bossé six jours sur sept avec une toute petite semaine de vacances. I’ll Sleep When I’m Dead sort le 19 août prochain sur Net­flix et on lui accorde, il ne doit pas dormir beau­coup le Steve. 

(Vis­ité 429 fois)