Skip to main content
Apollo Noir en live à l'IRCAM le 24 septembre dernier
29 septembre 2020

Écouter : l’acid sous ses formes les plus folles, dans cette compile de Santé Records

par Alix Odorico

V/A Santé Fragile Vol.1, nouvelle compilation du label Santé Records sortie il y a quelques jours, ramène l’acid au centre des préoccupations des fondateurs Apollo Noir et Botine. Une façon de montrer l’étendue du spectre créatif de cette bande de bidouilleurs chevronnés.

Crée il y a un an, le label Santé Records possède une esthétique singulière. Les créateurs Rémi (Apollo Noir) et  Clément (Botine), bidouilleurs de synthés modulaires et adorateurs de l’experimental, y voient un moyen de rassembler des artistes aux sonorités organiques, décousues et avant-gardistes. Glass, duo caennais qui a récemment gagné sa carte de membre des “artistes Tsugi à suivre” avait justement sorti son EP L.U.C.A en avril dernier sur Santé Records. Aujourd’hui, c’est l’acid qui est à l’honneur sur ce various artists où l’on retrouve Glass, donc, Botine, mais aussi la talentueuse Lyonnaise Tryphème, Peanuts, le déjà habitué de la scène Paulie Jan chez Tripalium, ou encore un qui l’est beaucoup moins, l’artiste davantage connu pour son electro-pop Buvette.

« Il s’agit de rencontres faites sur le Web, de compagnons de teufs, ou de nerds bidouilleurs de synthés avec lesquels nous partageons un amour pour la modification, ou la fabrication d’instruments électroniques aux sonorités hors du commun. »

Santé Records

Artwork alternatif du V/A Santé Fragile Vol.1

La première compilation d’un label est toujours l’occasion de faire le point. Quand tu regardes dans le rétro et que tu vois le chemin parcouru, tu te dis quoi ?

Un an de bonne rigolade avec des musiciens devenus des amis. Que des projets dont on est super fier, des kilomètres de saucisson partagés et des hectolitres de bière engloutis. Aussi, Rémi a appris à faire du vélo sans les petites roues, ce qui nous rempli de fierté !

Cette compilation fait la part belle à l’acid music. Pourquoi ce sous-genre là précisément, sachant que Santé Records est composé d’autres genres électro ?

Cette compilation se veut justement le lancement informel d’une série orientée acid/braindance, à l’initiative de Clément, la moitié acidulée du label. L’idée étant de mettre en place des collaborations menant à de futures sorties dans cette veine.

Qui sont ces artistes pour toi et que représentent-ils sur cette scène ?

Il s’agit de rencontres faites sur le Web, de compagnons de teufs, ou de nerds bidouilleurs de synthés avec lesquels nous partageons un amour pour la modification, ou la fabrication d’instruments électroniques aux sonorités hors du commun. Ils sont des collectionneurs de synthétiseurs évoluant dans l’ombre de leur home-studios, des figures montantes de la scène pop-indé, des labels managers ou des producteurs talentueux. Ils représentent bien ce que l’on se figure être nous-même chez Santé Records finalement. Je vous laisse juge de ce qu’ils représentent sur leurs scènes respectives. Mais pour nous, il s’agit avant tout de gens que l’on aime, que l’on souhaitait avoir auprès de nous sur un disque commun.

Après cette compilation, que vises-tu pour toi et le label ?

Clément : Moins de keufs et plus de teufs ! J’espère aussi un volume 2 et les EPs qui vont avec pour garnir cette collection « acid ».

Rémi : Plus de soirées oui, on en serait heureux, c’est évident. Réussir à fabriquer plus de merchandising pour le label, comme des vinyles mais aussi des objets plus inédits. On aimerait aussi continuer à sortir la musique qu’on aime, en restant le plus indépendant possible. Sinon, je sors mon troisième album fin novembre via le label Tigersushi toujours, mais avec Santé Records en plus histoire de doubler le fun !

Visited 34 times, 1 visit(s) today