Skip to main content
4 septembre 2014

En direct de Dimensions Festival

par rédaction Tsugi

Fort Punta Christo à Pula (Croatie) : c’est le spot majestueux qu’ont choisi les organisateurs du Dimensions pour y installer leur festival, tout en bordure de l’Adriatique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que tout a été pensé pour que l’on se sente à la fois au beau milieu d’un événement underground de qualité et en vacances dans un cadre intemporel… 

Ouverture des hostilités dès le mercredi 27 août à la tombée de la nuit, dans un ancien amphithéâtre romain où l’on ne sait plus trop si l’on est venu assister à une série de concerts ou encourager des gladiateurs de la musique électronique. La clameur ne cesse de grandir au rythme des accords enchanteurs de Nils Frahm, et de la voix suave de Kwabs  ; enfin entrent dans l’arène Caribou et ses quatre musiciens, tout de blanc vêtus. Montée en puissance jusqu’aux nouveaux titres «  Can’t do without you  » et «  Our Love  » en passant par «  Jamelia  » et autres tubes, Dan Snaith nous démontre qu’il est aussi bon au chant qu’à la batterie avant de nous hypnotiser avec une série de «  Sun  » que tout le monde reprend en cœur. 

Cependant, après l’annonce il y a peu de la séparation de Darkside, cet opening du Dimensions Festival faisait office de concert d’adieu retentissant et les deux musiciens ne nous ont absolument pas déçus. Les riffs de guitare de Dave Harrington se détachent comme le profil de Nicolas Jaar dans la lumière et la fumée, le public retient son souffle au son des dernières notes du duo qui quitte la scène sans se retourner. 

Jeudi, après un bon moment passé à la plage du Dimensions (danser en maillot, what else) où l’on voit les festivaliers affluer, toujours plus nombreux à mesure que le temps passe, nous nous dirigeons à notre premier concert de la journée avec les filles déchaînées de Warpaint. Passage obligé à la scène The Void pour le prêche techno des deux compères Ben Klock et Marcel Dettman, mais aussi à la scène où officie Gilles Peterson  : ambiance plus détendue avec des ouailles qui ne boivent pas que du thé. Is This Real  ? Excellente surprise de la soirée  : Marquis Hawkes de l’écurie Dixon Avenue Basement Jams et ses sonorités acid house à gogo. 

Parce qu’on a renoncé à dormir, on enchaîne avec l’Apron Boat Party, une croisière de quelques heures au large de Pula avec FunkinEven, Seven Davis Jr – aussi très bon chanteur- et Greg Beato. La soirée continue avec Metro Area et Theo Parrish qui ne se produiront finalement pas en live, Onra qui fait toujours son petit effet et Vatican Shadow (nous avons a tous perdu une partie de nos capacités auditives suite à la performance de cet excité de la platine). 

Après quelques spécialités locales rapidement englouties (sortes de saucisses reconstituées au goût de goulash) et  quelques heures de sommeil bien méritées, nous nous acheminons vers les workshops organisés près de la plage  : Ableton, Akai, M-Audio proposent des ateliers de découverte de matériel, logiciels et des rencontres avec les artistes. Déjà samedi, et encore tant de headliners à aller applaudir  : Roman Flügel, patte smooth de chez Dial qu’on attendait après la sortie de son tout dernier opus Happiness is Happening, Moodyman, San Soda…

Quant à la journée de dimanche, elle fut entachée par de belles intempéries, quelques scènes ont du fermer, mais qu’à cela ne tienne, nous étions pour la plupart déjà en route pour Paris, ou en train de dormir du sommeil du juste. 

A l’année prochaine  !

 Meilleur moment  : Moult meilleurs moments. Les festivaliers –pas trop nombreux- semblent tous unis par le même amour du son, l’ambiance est au rendez-vous et le lieu exceptionnel. 

 Pire moment  : Un seul regret, la capacité limitée des scènes couplée à la renommée de certains DJs nous a forcé à faire, accrochez-vous messieurs-dames, la QUEUE POUR ALLER DANSER. C’est notamment ce qui nous a empêché de voir la totalité du concert de Jon Hopkins, Blawan ou encore Move D. Un mal pour un bien, on a pu découvrir des petites pépites électroniques moins en vogue mais tout aussi délicieuses. 

©photos by Les Fistons

 

Visited 9 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply