Sault - Air © DR

🔊 En écoute : cet album surprise de Sault, aussi grandiose que déroutant

Avec Sault, on s’est habitué à l’i­nat­ten­du. Le col­lec­tif rnb / soul engagé d’An­gleterre vient de lâch­er un album sur­prise. Et ce n’est pas tant la forme qui intrigue, mais bien le fond. Car le pro­jet sobre­ment nom­mé Air s’aven­ture dans des con­trées baro­ques, vire­voltantes, pro­pres aux musiques épiques qu’on ren­con­tre le plus sou­vent au cinéma.

Sault ne fait dĂ©cidé­ment pas grand-chose comme le com­mun des mor­tels. Exem­ple avec leur prĂ©cé­dent album Nine, que les bri­tan­niques avaient lais­sĂ© disponible seule­ment 99 jours, et pas un de plus… Avant de le sup­primer. Chez Sault mĂŞme si l’en­veloppe est soul, l’e­sprit est plutĂ´t punk. Et ils ont encore misĂ© sur la sur­prise pour ce nou­v­el album.

Car Air, sor­ti dans la sur­prise générale ‑puisque sans promo‑, explore des ter­ri­toires éton­nants et grandios­es pour pro­duire un album à l’at­mo­sphère on ne peut plus ciné­matographique. 7 titres pour 45 min­utes tout pile, et nous voilà trans­portés dans un univers féérique. On se croit très vite dans Fan­ta­sia, avec des orches­tra­tions sym­phoniques partout.

Sault pousse ici le “épique” à fond de balle. De doux vio­lons lar­moy­ants pour met­tre dans l’am­biance, des har­monies imposantes… Les voix qui chantent des “pom-pom-pom” pour accom­pa­g­n­er la mélodie, la douceur d’une gui­tare (voire une harpe ?) con­tre­car­rée par de puis­sants choeurs qui ten­dent vers le lyrisme. Sault assène des mon­tées en puis­sance géniales. Et on est oblig­és de s’age­nouiller devant la ges­tion vir­tu­ose de l’in­ten­sité et des émo­tions qui l’ac­com­pa­g­nent. Un petit glock­en­spiel (comme un xylo­phone, mais avec des lames en métal au lieu du bois) et des flûtes tra­ver­sières s’in­vi­tent. Puis des cuiv­res incisifs, tri­om­phants et par­fois inquié­tants font vrom­bir l’ensem­ble en une seconde.

Finale­ment, en une courte incur­sion dans le troisième tiers de “Time Is Pre­cious”, Sault retrou­ve ses pre­mières amours, avec un pas­sage soul-rnb aux forts relents gospel. Celles qui avaient fait le sel de leurs précé­dents dis­ques, comme 5 et Unti­tled (Rise). De ces mélodies et ces ambiances qui vous envelop­pent dans du coton, façon Sun­day Ser­vice de Ye. C’est un nou­v­el album aus­si sur­prenant que puis­sant. Le col­lec­tif con­tin­ue de trac­er sa route, sou­vent sin­ueuse, tou­jours inat­ten­due, et s’in­scrit à nou­veau dans une caté­gorie à part : la sienne, simplement.

(Vis­itĂ© 769 fois)