Skip to main content
Sault - Air © DR
15 avril 2022

🔊 En Ă©coute : cet album surprise de Sault, aussi grandiose que dĂ©routant

par Corentin Fraisse

Avec Sault, on s’est habituĂ© Ă  l’inattendu. Le collectif rnb / soul engagĂ© d’Angleterre vient de lĂącher un album surprise. Et ce n’est pas tant la forme qui intrigue, mais bien le fond. Car le projet sobrement nommĂ© Air s’aventure dans des contrĂ©es baroques, virevoltantes, propres aux musiques Ă©piques qu’on rencontre le plus souvent au cinĂ©ma.

Sault ne fait dĂ©cidĂ©ment pas grand-chose comme le commun des mortels. Exemple avec leur prĂ©cĂ©dent album Nine, que les britanniques avaient laissĂ© disponible seulement 99 jours, et pas un de plus… Avant de le supprimer. Chez Sault mĂȘme si l’enveloppe est soul, l’esprit est plutĂŽt punk. Et ils ont encore misĂ© sur la surprise pour ce nouvel album.

Car Air, sorti dans la surprise gĂ©nĂ©rale -puisque sans promo-, explore des territoires Ă©tonnants et grandioses pour produire un album Ă  l’atmosphĂšre on ne peut plus cinĂ©matographique. 7 titres pour 45 minutes tout pile, et nous voilĂ  transportĂ©s dans un univers fĂ©Ă©rique. On se croit trĂšs vite dans Fantasia, avec des orchestrations symphoniques partout.

Sault pousse ici le « épique » Ă  fond de balle. De doux violons larmoyants pour mettre dans l’ambiance, des harmonies imposantes… Les voix qui chantent des « pom-pom-pom » pour accompagner la mĂ©lodie, la douceur d’une guitare (voire une harpe ?) contrecarrĂ©e par de puissants choeurs qui tendent vers le lyrisme. Sault assĂšne des montĂ©es en puissance gĂ©niales. Et on est obligĂ©s de s’agenouiller devant la gestion virtuose de l’intensitĂ© et des Ă©motions qui l’accompagnent. Un petit glockenspiel (comme un xylophone, mais avec des lames en mĂ©tal au lieu du bois) et des flĂ»tes traversiĂšres s’invitent. Puis des cuivres incisifs, triomphants et parfois inquiĂ©tants font vrombir l’ensemble en une seconde.

Finalement, en une courte incursion dans le troisiĂšme tiers de « Time Is Precious », Sault retrouve ses premiĂšres amours, avec un passage soul-rnb aux forts relents gospel. Celles qui avaient fait le sel de leurs prĂ©cĂ©dents disques, comme 5 et Untitled (Rise). De ces mĂ©lodies et ces ambiances qui vous enveloppent dans du coton, façon Sunday Service de Ye. C’est un nouvel album aussi surprenant que puissant. Le collectif continue de tracer sa route, souvent sinueuse, toujours inattendue, et s’inscrit Ă  nouveau dans une catĂ©gorie Ă  part : la sienne, simplement.

Visited 31 times, 1 visit(s) today