© Jacob Khrist / Dior

En écoute : la bande-son pharaonique de Jeff Mills pour le défilé Dior

En bande-son du dernier défilé Dior homme, un mix d’un pio­nnier de l’électro. Dans un décor déser­tique et une ambiance futur­iste, Jeff Mills règne aux côtés des anciens rois d’Egypte. 

Le 3 décem­bre dernier était dévoilé le défilé homme d’automne de la mar­que Dior. Pour sonoris­er une col­lec­tion rétro-futuriste, le créa­teur Kim Jones a fait appelle au natif de Détroit : Jeff Mills, tête de proue de la sec­onde vague d’artistes tech­no de la MotorCi­ty, crée alors un mix de 16 min­utes. 

Devant les pyra­mides de Gizeh, en Egypte, ce sont 75 man­nequins qui ont défilé aux rythmes des bass­es du musi­cien de 59 ans. L’obsessionnel de l’Espace est bien tombé avec cette col­lec­tion inspirée par la science-fiction. Aux pieds des tombeaux roy­aux, dans la nuit noire éclairée par des ser­pentins de LEDs, la musique de Jeff Mills rem­plis­sait d’une enveloppe tech­no la dernière mer­veille du monde antique. 

La Guerre des étoiles mixée à l’histoire de Toutankha­mon, la ciné­ma­tique forte du lieu et des tenues s’ajoute à la science-fiction musi­cale du DJ et pro­duc­teur améri­cain. Le pio­nnier de la tech­no depuis plus de 40 ans per­forme et pro­pose sa vision du futur. 

 

Une atmosphère combinant antique et futur

L’évènement, voulant faire un trait d’union entre la pas­sion de l’astrologie de Chris­t­ian Dior et les mythes de l’Égypte anci­enne, crée aus­si un lien avec l’histoire de la musique de l’artiste élec­tron­ique. Cette dernière prenant racine dans le temps et l’espace. Jeff Mills racon­tait à Tsu­gi son rap­port à la tem­po­ral­ité : “Je ne regarde pas en arrière. Je suis plus intéressé par là où je vais.”

Le défilé Celes­tial, faisant référence à la saga Dune, offre avec sa bande sonore une sélec­tion de morceaux élec­tro. Faisant suite à son album The Uni­verse : Galaxy 1, la per­for­mance de Jeff Mills se con­stru­it autour d’un cos­mos de titres. “Microbe”, “The Res­o­lu­tion” ou encore “Gam­ma Play­er” ont réson­né dans le paysage déser­tique que pro­pose le pays des Pharaons. 

 

La track­list :

The Art Of Stalk­ing – Sub­ur­ban Knight*
Daph­nis (Keeler’s Gap) – X‑102 (J. Mills)
Microbe – J. Mills
A Tale From The Par­al­lel Uni­verse – J. Mills
Gam­ma Play­er – J. Mills
Res­o­lu­tion – J. Mills
Step To Enchant­ment (Strin­gent Mix) – J. Mills
The New Arrivals – J. Mills

(Vis­ité 2 285 fois)