Skip to main content
23 juin 2017

En écoute : l’artiste hip-hop originaire de Detroit Waajeed s’essaye à l’électro et c’est du très bon

par Lucas Martin

Proche du regretté J Dilla et du groupe Slum Village, Waajeed fait partie intégrante du patrimoine hip-hop de Detroit. Producteur, boss des labels Bling47 et Dirt Tech Reck, photographe et designer – c’est notamment à lui qu’on doit les pochettes des deux premiers albums de Slum Village -, l’enfant de la Motor City est le genre de personnage qui rappelle au monde entier que Detroit n’est pas uniquement la ville de la techno.

Pourtant, c’est bien à cette histoire qu’il a voulu se rattacher pour Shango, son nouvel EP : « Je ne suis pas né à New York. Je suis né à Detroit. La maison de la techno. C’est mon droit de naissance. C’est mon héritage. Je ne peux pas m’en détacher. Par contre, je peux apporter un point de vue unique sur cette musique grâce à mon histoire et mes expériences. » explique-t-il. Et le résultat est bluffant ! Celui qui squatte depuis quelques temps les plateaux des soirées Detroit Love organisées par Carl Craig sort aujourd’hui un EP de musique électronique en hommage à la culture de sa ville, même si le hip-hop n’est jamais très loin. Trois titres tous différents qui sonnent tantôt ghetto house, tantôt funk, parsemés d’influences jazzy ou tribales… Une superbe alchimie.

Visited 9 times, 1 visit(s) today