Radio Slave (crédit : DR)

En écoute : Radio Slave sort “Ground Control/Last Communication” pour lancer son nouveau label

On vous l’an­nonçait et c’est arrivé. Radio Slave sort aujour­d’hui son nou­v­el EP, Ground Control/Last Com­mu­ni­ca­tion. Ce faisant, le pro­duc­teur bri­tan­nique, Matt Edwards de son vrai nom, entre dans une nou­velle phase de sa car­rière, puisque ce disque est le tout pre­mier à être pub­lié sur la nou­velle fil­iale de son label Rekids, inti­t­ulée “Stranger in the Night”. Son prin­ci­pal objec­tif ? Pou­voir se libér­er des con­traintes imposées par le dance­floor, dis­ait le pro­duc­teur dans un com­mu­niqué. Et il n’est pas seul dans cette entre­prise. Car cet EP sera suivi au cours de l’an­née par deux nou­veaux max­is, qu’il aura com­posés de con­cert avec d’autres poin­tures de la tech­no : King Britt, Fred P, et Antho­ny Rother. On a déjà hâte de voir le résul­tat.

Avec Ground Con­trol / Last Com­mu­ni­ca­tion, on le voit : Radio Slave s’est claire­ment posé. Il a pris son temps pour sor­tir ces deux titres — deux ans plus exacte­ment, puisqu’il n’avait rien pub­lié depuis son album Feel The Same en 2017. Et ça se voit. “Ground Con­trol”, le pre­mier morceau, dure onze min­utes. Con­stru­it sur la répéti­tion inces­sante d’un beat et d’un motif mélodique robo­t­ique, le morceau fait la part belle aux vari­a­tions. Dis­crètes, certes, mais effi­caces. Les mon­tées de basse, l’alour­disse­ment du kick, l’enchevêtrement de dif­férentes nappes, créent une sorte de trame dra­ma­tique que l’on ne voit que trop peu dans la dance music. De même pour “Last Com­mu­ni­ca­tion”, le deux­ième morceau. Désor­don­né, le kick per­turbe le groove, alors qu’un motif ryth­mique sim­i­laire aux cli­quetis d’une hor­loge nous aban­donne dans une atmo­sphère nos­tal­gique et hal­lu­ci­na­toire. Si danser il faut sur ce titre, ce sera des pas de bour­rés provenant plus d’une extase incon­trôlée qu’à une maîtrise de l’art. Et s’il faut l’é­couter, ce sera plutôt en soli­taire chez soi, désoeu­vré, à regarder par la fenêtre un jour de pluie. Un excel­lent coup d’en­voi pour la nou­velle mar­que Stanger in the Night, signé Radio Slave.

(Vis­ité 287 fois)