En écoute : Ryūichi Sakamoto signe la bande-originale anxiogène d’un épisode de Black Mirror

A chaque nou­velle sor­tie Net­flix, le web est retourné. C’est notam­ment le cas depuis le 5 juin avec la sai­son cinq de Black Mir­ror, la série d’an­tic­i­pa­tion la plus effrayante du géant du stream­ing. Trois nou­veaux épisodes d’une heure, dont le pre­mier avec Miley Cyrus en pop star dés­abusée. D’ailleurs, la musique tient l’un des rôles prin­ci­paux de cette nou­velle sai­son, avec notam­ment Ryūichi Sakamo­to à la bande orig­i­nale de l’épisode Smithereens. Ce dernier met en scène un chauf­feur de VTC qui, au bord du gouf­fre et excédé par l’usage exces­sif des télé­phones porta­bles, prend en otage un pas­sager, avant de repren­dre son calme à l’aide d’une bande audio médi­ta­tive. Il s’agis­sait d’ap­pel­er quelqu’un qui sache jouer avec les émo­tions : un arti­san du son.

Ryūichi Sakamo­to, maître de l’élec­tron­ique japon­aise  et fon­da­teur du groupe de syn­th­pop Yel­low Mag­ic Orches­tra, était le can­di­dat par­fait pour rem­plir ce rôle. Il vient après quelques grands noms qui ont déjà col­laboré avec Net­flix sur la série, tels que Max Richter ou Sig­ur Rós. Il faut dire qu’il est aujour­d’hui devenu une référence en matière de musique de films : entre Talons Aigu­illes de Pedro Almod­ó­var ou The Revenant d’Ale­jan­dro González Iñár­ritu, les cinéastes du monde entier se l’ar­rachent. Pour Black Mir­ror, Sakamo­to a réal­isé une bande orig­i­nale comme un ascenseur émo­tion­nel, qui débute par l’at­mo­sphérique “med­i­ta­tion app”, le plus inquié­tant “plot” jusqu’au très anx­iogène “prey”. Fris­sons.

(Vis­ité 705 fois)