Skip to main content
27 janvier 2018

Envie d’un disque feel-good avec basses psychés et inspirations iraniennes ? On a ce qu’il faut avec Khruangbin

par Clémence Meunier

Le trio Khruangbin a beau venir du Texas, pas de trucs de cow-boy sur ce deuxième album, Con Todo El Mundo. Non, ils y dévoilent, toute basse dehors, un psychédélisme évidemment inspiré des années 60 et 70. Mais aussi, et alors qu’ils exploraient plutôt les sonorités d’Asie du Sud-Est dans leur premier album The Universe Smiles Upon You, ces trois passionnés de « world music » (et de franges, visiblement) s’attachent cette fois à des influences moyen-orientales, iraniennes en tête. La preuve avec le clip de « Maria También », construit à partir d’images d’archives du Téhéran pré-1979, quand des chanteuses-vedettes dansaient à la télé et que les mini-jupes étaient la grande mode.

Au-delà des ces références vintage et charmantes, Khruangbin déroule avec ce deuxième album un recueil de morceaux planants, portés par la basse ronde de Laura Lee, la guitare mélodieuse de Mark Speer et les batteries et percussions impeccables de Donald ‘DJ’ Johnson. Ajoutez à cela quelques touches disco ou funk, et vous obtiendrez un disque qui ne va certes pas révolutionner la musique psychédélique, mais qui habillera nos dimanches flemmards, posés dans le canapé, pendant un bon paquet de week-ends.

Khruangbin sera à Paris au Badaboum le 26 février. Plus d’infos sur l’event Facebook du concert

Visited 29 times, 1 visit(s) today