Crédit : Pierre-Emmanuel Testard

En écoute : “On s’emmène avec toi”, le premier EP plein de charme de Voyou

Mais alors, pourquoi Voy­ou ? T’as plutôt l’air d’un gen­til garçon !”. C’est vrai qu’avec son sourire enfan­tin et sa dégaine timide et un chouia mal­adroite, on a de quoi se pos­er la ques­tion ! Et c’est exacte­ment ce qu’on a fait sur Tsu­gi Radio, aux dernières Ren­con­tres Trans Musi­cales de Rennes, alors que Voy­ou, Thibaud Van­hooland de son vrai nom, rem­plaçait au pied levé Sab­ri­na & Saman­tha en panne sur l’au­toroute — offrant par la même un joli live en direct du Lib­erté.

Mais pas de grand ban­ditisme ici, Voy­ou, par­fois styl­isé “Voy­ov”, est un gen­til surnom, celui d’un doux filou auteur de On s’emmène avec toi, un pre­mier EP écrit en français et pub­lié le ven­dre­di 26 jan­vi­er par Entre­prise (label tout en VF de Bagarre, Fish­bach, Grand Blanc ou Moodoïd). Cinq titres portés par des mélodies impa­ra­bles (atten­tion, ça ren­tre dans la tête), et des textes naïfs, dans le bon sens du terme, prou­vant une nou­velle fois que la scène française actuelle est décom­plexée quant à l’usage tout sim­ple de sa langue. Dans cet EP, Voy­ou racon­te, sans fior­i­t­ures ni cynisme, quelques vignettes de vie d’un jeune homme d’au­jour­d’hui, voguant entre le spleen des soirées qui se ressem­blent toutes (“Les Soirées”), l’amour per­du (le très chou­ette “Seul sur ton tan­dem”) ou les ami­tiés nais­santes loin des cas­es pop­u­laires vs los­er qu’im­po­saient les cours d’é­cole (“On s’emmène avec toi”). Des thèmes par­fois mélan­col­iques, sou­vent pleins d’e­spoir, évo­qués d’un air inno­cent sur une pro­duc­tion pop sub­tile et addic­tive… Super char­mant, donc.

Voy­ou sera ce same­di 27 jan­vi­er en con­cert à la Sirène de La Rochelle, le 9 mars au Fil à Saint-Etienne, le 10 au Rock­store de Mont­pel­li­er ou encore le 9 avril à la Maro­quiner­ie à Paris. Toutes les dates de sa tournée sont à retrou­ver sur sa page Face­book

 

(Vis­ité 861 fois)