Exclu : les Roumains de Karpov not Kasparov continuent leur exploration pop… Des échecs

On a beau chercher, on a du mal à trou­ver : quels sont les groupes assez zinzins pour choisir un thème et s’y tenir de morceaux en morceaux ? Alors oui, évidem­ment, cer­tains racon­tent sou­vent leurs décep­tions amoureuses, ou d’autres com­posent régulière­ment des odes à la nature. Mais pour décider, quand on est un duo batterie‐clavier, de con­stru­ire tous ses titres autour du sujet des échecs (oui oui, le jeu de plateau), il faut être un peu barge. Et c’est exacte­ment ce qu’on aime chez Kar­pov not Kas­parov (vous l’aurez dev­iné : Kar­pov et Kas­parov étaient deux joueurs d’échec), surtout parce que au‐delà de l’anecdote ces deux Roumains pro­duisent des tubes pop orig­in­aux, ultra‐efficaces, sou­vent empreints de sonorités ori­en­tales et jamais dénués d’humour. Le dernier en date, “Mechan­i­cal Turk”, est inspiré de l’histoire du Turc Mécanique, un célèbre fake con­stru­it à la fin du XVI­I­Ième siè­cle, un pré­ten­du auto­mate capa­ble de jouer aux échecs… Sauf qu’un réel joueur s’y cachait et ne se débrouil­lait pas trop mal : le Turc Mécanique a entre autres bat­tu Napoléon ou Ben­jamin Franklin. De quoi don­ner un sujet en or aux Kar­pov not Kas­parov, qui en tirent un morceau et un clip que l’on vous présente en exclu­siv­ité ci‐dessus.

Bonne nou­velle ! Les Kar­pov not Kas­parov font un petit cro­chet par notre doux pays ! Le duo est ain­si atten­du à la Tav­erne Gutem­berg de Lyon ce jeu­di 18 mai, à la Mal­terie de Lille le lende­main et à Mains d’Oeuvres à Saint‐Ouen ce dimanche 21 mai, de quoi réé­couter “Kaissa” ou l’hypnotique “Choose Your Col­or Gip­sy Dark”, sorte de melting‐pot mag­ique où se croisent bat­terie déchaînée, sons acid et mélodie ori­en­tal­iste.

(Vis­ité 2 270 fois)