Exclu : Nikitch et Kuna Maze marient jazz et beatmaking sur “Another One”

Ces deux‐là étaient faits pour s’entendre : même label Cas­cade Records (mai­son entre hip‐hop et élec­tron­ique chill, chez qui on croise égale­ment Cot­ton Claw ou Ful­geance), même pas­sion pour le jazz, même soin accordé à leurs pro­duc­tions entre abstract hip‐hop et tex­tures gran­uleuses… C’est donc tout naturelle­ment que Nikitch et Kuna Maze se retrou­vent aujourd’hui autour d’un EP com­mun, Cake, atten­du pour le 18 mai sur Cas­cade. Et bien sûr, le jazz n’est jamais loin pour ces deux pro­duc­teurs pas­sion­nés du genre et rom­pus au solfège — côté flûte tra­ver­sière pour Nikitch, trompette pour Kuna Maze. La preuve avec “Anoth­er One”, pre­mier extrait de l’EP à décou­vrir en exclu­siv­ité sur tsugi.fr. Cinq min­utes à la ryth­mique éton­nante et breakée, habil­lée d’une douce mélodie et de cette ambiance déten­due pro­pres à cette jolie scène française de beat­mak­ing enfumé… Un des titres de l’EP s’appelle “Pot­heads”, ça ne s’invente pas !

Que Cake soit une réus­site, ce n’est pas vrai­ment une sur­prise : Nikitch, qui a bossé sur le dernier album de Grems, a été adoubé par Gilles Peter­son him­self, le mon­sieur BBC aux recom­man­da­tions tou­jours fiables, tan­dis que Kuna Maze nous tapait déjà dans l’oeil il y a trois ans avec son pre­mier EP, que nous avons d’ailleurs inclus dans les meilleurs max­is de 2015 lors de notre tra­di­tion­nel top de fin d’année. Bien sûr, le CV ne veut rien dire. Il arrive que deux tal­ents ne sachent s’associer cor­recte­ment, se tirant la cou­ver­ture ou n’arrivant pas à mélanger leurs influ­ences. Ce n’est pas le cas ici, quand le foot­work de Nikitch ren­con­tre en douceur les syn­thés plus aériens de Kuna Maze, avec comme trait d’union un jazz qui ne sent jamais la naph­taline. Pas sûr qu’ils imag­i­naient en arriv­er là quand, il y a huit ans, ils ten­taient leur pre­mière col­lab’ dans un train au départ de Cham­bery.

Pourquoi avoir décidé de col­la­bor­er sur cet EP ? Com­ment vous êtes‐vous ren­con­trés ?

Kuna Maze : On avait déjà col­laboré ensem­ble, via des remix­es, et une track sur le dernier EP de Nikitch et ça s’était super bien passé. On se con­nait depuis un moment main­tenant et nos univers musi­caux se croisent, on a beau­coup d’influences en com­mun, donc ça sem­blait être la suite logique d’aller plus loin et de boss­er ensem­ble sur tout un EP. On s’est ren­con­tré au con­ser­va­toire de Cham­bery en 2010, on était tous les deux étu­di­ants en cur­sus jazz. On s’est retrou­vé à dis­cuter un jour, et on en est venu timide­ment à par­ler du fait qu’on pro­dui­sait tout les deux à côté (ce n’était pas trop le truc qu’on cri­ait sur les toits là‐bas) et qu’on avait pas mal d’influences en com­mun. Si je me rap­pelle bien, la pre­mière col­lab’ qu’on a essayé de faire c’était dans le train Chambery‐Lyon de 17 heures.
Nikitch : Petite anec­dote : on avait com­mencé un beat à par­tir d’un sam­ple vrai­ment ter­ri­ble qu’Edouard avait dig­gé, on était hyper ent­hou­si­aste à l’idée de boss­er dessus. Deux semaine plus tard, on tombe sur un morceau super bien pro­duit de La Fine Equipe avec le même sam­ple… On était dégoûté ! Mais bon finale­ment ça ne nous a pas tant découragé avec le recul.

Si vous deviez con­seiller UN album jazz à met­tre dans toutes les mains pour mieux com­pren­dre vos influ­ences, ce serait lequel ?

Kuna Maze : Thrust de Her­bie Han­cock.
Nikitch : Bon vu qu’Edouard a bal­ancé celui‐là, je dirais de mon coté Strange Place For Snow d’Esbjörn Svens­son Trio. C’est un peu l’autre pen­chant du jazz plus “occi­den­tal” que je kiffe vrai­ment aus­si.

Pourquoi “Cake” ? Plutôt gros paris‐brest ou petite tarte légère ?

Kuna Maze : Haha bonne ques­tion. On a tripé, on a fait notre cui­sine, on s’est bien mar­ré à faire ça tout les deux, et pour nous ça cor­re­spondait plus à un gâteau musi­cale­ment qu’à une chou­croute. Après quel genre de gâteau… Je dirais un peu des deux.
Nikitch : Il y a aus­si une référence que j’ai com­prise après coup pour ma part à la pochette de l’EP de Glenn Astro & Ajnascent, Even. On est tout les deux hyper fan de cet EP et incon­sciem­ment ça a joué aus­si je pense.

Anoth­er One” s’écoute aujourd’hui en exclu­siv­ité sur tsugi.fr. Com­ment a été con­stru­it ce morceau ?

Kuna Maze : J’ai com­mencé par enreg­istr­er la boucle d’accord et la ligne de basse chez moi à Brux­elles. Je me suis dis que ça allait plaire à Nico, je lui ai envoyé et on a com­mencé à con­stru­ire le morceau autour de ça.
Nikitch : J’ai de mon coté gon­flé l’aspect har­monique et bossé sur une polyry­th­mie avec plein de tim­bres dif­férents style jeu de bat­terie jazz, afin d’ajouter un liant au truc de base.
Kuna Maze : Le truc intéres­sant avec cette track c’est qu’elle en 7 temps (7 temps par mesure, dans la plu­part des tracks qu’on pro­duit il y en a 4 par mesure), mais ça ne se sens pas for­cé­ment, ça reste quand même facile de bouger la tête dessus.

Quelle est la suite pour vous ?

Kuna Maze : La suite ça va être de boss­er sur un nou­v­el EP, qui devrait sor­tir en juin chez Cas­cade Records. On a égale­ment une idée de live band en tête pour pou­voir jouer tout ça sur scène.
Nikitch : De mon coté un album est en pré­pa­ra­tion, pas de date de sor­tie encore établie mais on y tra­vaille. Quelques remix­es que j’ai fait devraient paraître prochaine­ment, ce qui fera pass­er l’attente plus sym­pa­thique­ment.

(Vis­ité 587 fois)