Skip to main content
15 avril 2021

🌟 Exclu : Paul Kalkbrenner et NTO nous ont racontĂ© l’histoire derriĂšre leur collab

par Tsugi

Pour la sortie du clip et du remix du titre “Invisible” de NTO par Paul Kalkbrenner, rencontre exclusive pour Tsugi entre les deux hommes.

MaĂźtre d’une techno deep, tout en profonde atmosphĂšre et dĂ©licate mĂ©lancolie, l’ami du Sud Anthony Favier alias NTO s’apprĂȘte Ă  sortir Ă  la rentrĂ©e son premier vĂ©ritable album, 15 ans aprĂšs ses dĂ©buts et une succession sans interruption de hits (de “la ClĂ© des Champs” Ă  “Trauma”). En prĂ©ambule, il s’est offert le service de monsieur Paul K pour s’occuper de son morceau “Invisible”. On a voulu en savoir plus sur comment la collaboration s’est dĂ©roulĂ©e.

« J’étais comme un gosse quand j’ai reçu son track ! »

Anthony, pourquoi avoir demandé à Paul de remixer ton track ?

NTO : À la base, on avait l’idĂ©e de faire des  “variations” autour du titre “Invisible”, troisiĂšme single de mon futur album. Donc aprĂšs avoir rĂ©alisĂ© un clip original et une session piano live avec le gĂ©nial Sofiane Pamart, je voulais laisser le soin Ă  d’autres artistes que j’estime de raconter leur propre histoire autour du thĂšme. Paul fait partie de ceux qui m’a donnĂ© envie de devenir producteur. C’est donc un cadeau incroyable qu’il me fait en remixant ce morceau qui compte Ă©normĂ©ment pour moi. Tout s’est fait hyper vite et de façon super fluide, il a kiffĂ© la mĂ©lodie il a dit : “Ok donne-moi les parts”, et c’était parti.

Paul, tu sors trÚs peu de remixes, pourquoi avoir accepté cette fois-ci ?

Paul K : Oui c’est vrai, je reçois beaucoup de demandes. Je pense que l’une de mes plus grandes qualitĂ©s est de toutes les Ă©couter. Je ne me concentre pas seulement sur si j’aime ou pas, je me concentre sur savoir si je peux faire de mon mieux. Si je ne peux pas, alors ça n’en vaut pas la peine. Avec “Invisible”, cela ne m’a pris qu’une Ă©coute pour savoir que je le ferais. J’ai donc appelĂ© mon manager et je lui ai dit : “Allons-y”.

Anthony, tu lui as laissé carte blanche ?

NTO

Artwork

NTO : ComplĂštement. Quand tu demandes un remix Ă  quelqu’un, tu n’as pas envie de l’orienter, au contraire. Le but Ă©tait qu’il raconte sa propre histoire sans aucune limite. Et cela a super bien fonctionnĂ©. L’original possĂšde une construction plutĂŽt narrative, par moment deep ou bien dancefloor, et Paul apporte Ă  son remix sa couleur et sa force si caractĂ©ristiques.

Paul, comment as-tu travaillé dessus ?

Paul K :  Anthony, comme je l’ai appris plus tard, compose avec une histoire en tĂȘte. Maintenant que nous avons tournĂ© la vidĂ©o pour le remix, je le sais, mais quand j’ai bossĂ© sur le remix, je n’en avais aucune idĂ©e. J’ai donc travaillĂ© comme d’habitude, dans un flot en ajoutant, en ajoutant. Mais ce remix m’est venu naturellement. C’était un travail de quelques semaines en allant toujours de l’avant comme dans une ligne droite.

Qu’est-ce qui vous satisfait le plus dans ce remix ?

NTO : Je sens qu’il a aimĂ© le thĂšme mĂ©lodique, car au final il l’a vraiment prĂ©servĂ©, et qu’il y a posĂ© sa « grosse patte ». Ce remix m’évoque beaucoup ses productions d’il y a plusieurs annĂ©es, avec une Ăąme extrĂȘmement techno. C’est vraiment kiffant de sentir que le tout enrobe Ă  merveille le thĂšme que j’ai composĂ©. J’aime beaucoup l’idĂ©e qu’il m’ait Ă©normĂ©ment inspirĂ© en tant qu’artiste il y a presque 15 ans, et qu’aujourd’hui une de mes mĂ©lodies l’inspire Ă  son tour et lui donne envie de produire un track. Le sentiment est vraiment incroyable, franchement j’étais comme un gosse quand je l’ai reçu !

Paul K : Le fait d’avoir rĂ©ussi Ă  garder une version longue. On me demande toujours des versions plus courtes, surtout pour la radio. Avec Anthony, nous avons vite pris la dĂ©cision de le conserver dans sa version initiale. C’est une histoire de sept minutes dans laquelle on se laisse conduire et c’est nĂ©cessaire d’avoir cette longueur pour obtenir cet effet.

 

À lire Ă©galement
Kompromat (Vitalic x Rebeka Warrior) : l’interview intĂ©grale

 

Quelle relation avez-vous ?

NTO : HonnĂȘtement, c’est un peu irrĂ©el. AprĂšs tous ces Ă©changes ultra simples qui ont menĂ© Ă  tourner ce clip, on s’est retrouvĂ©s pour le tournage puis on a passĂ© la soirĂ©e ensemble Ă  s’enflammer en parlant musique, productions, inspirations, Ă  boire des coups, dĂ©conner, et aprĂšs tout ça tu finis dans ta chambre d’hĂŽtel Ă  te dire : « C’est n’importe quoi putain
 j’ai passĂ© la journĂ©e avec Paul Kalkbrenner ! »

Paul K : Je l’ai rencontrĂ© pour la premiĂšre fois Ă  Paris, il y a peu de temps quand on a tournĂ© le clip du remix. Il m’a dit que nous nous sommes parlĂ© il y a longtemps, en 2006 quand je vivais Ă  Aix-en-Provence et qu’il Ă©tait encore un trĂšs jeune raveur. Il m’a dit qu’il avait Ă©tĂ© influencĂ© par ma musique alors que je ne le savais pas du tout. J’avais vaguement entendu parler de son ancien label Hungry Music, mais je n’y connaissais pas grand-chose. On s’est bien amusĂ©s !

« Cette annĂ©e a vraiment changĂ© la donne. Toutes les cartes ont Ă©tĂ© rebattues. C’est le dĂ©but d’un nouveau cycle. »

Quels changements pour la scÚne musicale électronique aprÚs la crise sanitaire ?

NTO : Elle va revenir encore plus forte. On veut tellement jouer. Beaucoup d’artistes ont produit beaucoup de musiques durant cette pĂ©riode. C’était dur, mais inspirant aussi d’un autre cĂŽtĂ©. Les gens ont envie de se retrouver pour la « bamboche ». Je pense qu’une grosse Ă©nergie va dĂ©ferler quand ça va reprendre. Vivement !

Paul K : Cette annĂ©e a vraiment changĂ© la donne. Toutes les cartes ont Ă©tĂ© rebattues. C’est le dĂ©but d’un nouveau cycle. Malheureusement, certains labels, festivals, sociĂ©tĂ©s de production, etc, ne survivront pas. D’autres choses, sans doute plus petites et plus locales apparaĂźtront. Voler en Europe de festival en festival, sera quelque chose que feront les DJs, mais plus les raveurs. Enfin, attendons de voir ce qu’il va se passer !

Visited 91 times, 1 visit(s) today