Exclu : quand Justin Robertson remixe Bryan Ferry

Atten­tion, lourds CVs en approche. D’un côté, Justin Robert­son (aus­si con­nu sous son alias The Dead­stock 33s) et ses 23 ans de car­rière, fort de dizaines de remix­es et de col­lab­o­ra­tions plutôt flat­teuses (Erol Alkan, Felix Da House­cat…), le tout nav­i­gant entre son genre fétiche l’acid house à de plus clas­siques univers. De l’autre, Bryan Fer­ry, fon­da­teur et leader de feu Roxy Music à la car­rière solo plus que respectable pour qui aime les sons bien eight­ies. Vous voyez où on veut en venir : le pre­mier a remixé le sec­ond. Le morceau s’en retrou­ve com­plète­ment trans­for­mé, plus dansant, plus mod­erne aus­si, tout en gar­dant ce je-ne-sais-quoi retro (la reverb’, la boucle ultra effi­cace retra­vail­lée pour flirter avec l’acid, les gros claps un temps sur deux…). Un pont entre deux mon­des très, très classe : 

Dri­ving Me Wild”, le titre d’o­rig­ine, n’est pas un clas­sique 80s, mais bien un extrait du dernier album de Bryan Fer­ry, Avon­more, sor­ti il y a deux ans. Le remix par Justin Robert­son sera à la track­list d’un Avon­more Remix­es prévu pour le 19 août, où l’on crois­era égale­ment Man Pow­er, le pro­duc­teur John­son Som­er­set ou Prins Thomas.

(Vis­ité 66 fois)