Crédits : Tonje Thilesen

Exclu : rRoxymore remixe “Esquina” de Spoko & Matias Aguayo

Tout com­mençe lorsque Matias Aguayo, Chilien d’o­rig­ine basé à Berlin, fait un voy­age en Afrique Du Sud à Johan­nes­burg, dans le cadre d’une fête pour son label Cómeme. Il y ren­con­tre alors DJ Spoko, con­sid­éré comme le créa­teur de la Bac­ar­di House 3.0, un genre large­ment influ­encé par le kwaito — vari­ante house post-apartheid accom­pa­g­née de chants de lib­erté. On se rap­pelle for­cé­ment de “Min­i­mal” d’Aguayo, liant house, rythmes et vocaux trop­i­caux, sor­ti sur Kom­pakt, et on peut imag­in­er que les deux hommes ne pou­vaient que s’en­ten­dre tant leurs univers sonores se rejoignent. A la suite de la soirée, ils s’en­fer­ment dans un stu­dio local “fumant et pro­duisant jusqu’à l’aube”, et en ressor­tent avec six tracks qui com­poseront leur EP sor­ti en févri­er dernier sur Cómeme, Dirty Danc­ing.

L’EP con­naît alors un nou­veau souf­fle avec sa ver­sion remixée qui sor­ti­ra ce ven­dre­di 8 sep­tem­bre. On peut y retrou­ver les remix­es de l’il­lus­tre Matthew Her­bert sur “Dirty Danc­ing”, celui de la pro­duc­trice française basée à Berlin rRox­y­more pour “Esquina” ou encore ceux de Dead­beat et Vio­let sur “Some­thing About The Groove” et “Taxi Rank”. Et c’est celui de rRox­y­more que nous vous présen­tons en exclu­siv­ité aujour­d’hui. Très net­te­ment le plus accéléré de l’EP, le remix de rRox­y­more donne une dimen­sion plus under­gound au morceau orig­i­nal. Une ligne de basse plus pêchue et des snares qui claque­nt, don­nant alors au titre une allure presque trap. Idéal pour enflam­mer un dance­floor plongé dans l’ob­scu­rité.

 

(Vis­ité 473 fois)