Fermeture du Fuse: la scène électronique mondiale réagit

À la suite des plaintes d’un de ses voisins, le Fuse club, célèbre boîte de nuit tech­no de Brux­elles, a été con­traint de fer­mer ses portes pour une durée indéter­minée. Cette nou­velle a agité le monde de l’électro et a sus­cité de nom­breuses réac­tions sur les réseaux soci­aux. Une péti­tion lancée en ligne con­tre la fer­me­ture du club a déjà récolté plus de 50 000 sig­na­tures. 

On vous par­lait précédem­ment de cette triste nou­velle. En ordon­nant au club belge d’abaisser le vol­ume à 95 dB et de fer­mer chaque nuit à 2 heures du matin, le gou­verne­ment brux­el­lois a ren­du “impos­si­ble” l’ac­tiv­ité de la boîte de nuit. C’est après des plaintes pour nui­sances sonores, de la part d’un des voisins du Fuse club, que cette déci­sion a été prise. L’an­nonce de cette fer­me­ture ébran­le le monde de la musique et provoque de vives réac­tions sur Twit­ter et Instagram.

C’est un crève-cœur”, pour la DJ et pro­duc­trice belge Char­lotte de Witte. Cette “ter­ri­ble nou­velle” d’après Halo­genix, boule­verse les acteurs de la musique élec­tron­ique. L’artiste Hen­ning Baer comp­tait sur un pois­son d’avril tan­dis que la DJ tech­no Paula Tem­ple trou­ve “telle­ment absurde qu’un des plus impor­tants pôles cul­turels de Bel­gique depuis 29 ans, doit être fer­mé pour faire plaisir à une seule per­son­ne”. Pour Lau­rent Gar­nier, cette nou­velle “est très TRÈS triste” et le DJ espag­nol Oscar Mulero appelle à “con­tin­uer le com­bat”.

Pour les DJs et pro­duc­teurs belges, cette annonce est d’au­tant plus déchi­rante que le Fuse était l’une des plaques tour­nantes de la bonne musique dans le pays. Sur les réseaux soci­aux, Sacha Robot­ti, Yves Deruyter, Alix Perez et d’autres musi­ciens belges inci­tent leurs publics à sign­er la péti­tion. Ne fer­mez pas notre mai­son, ne tuez pas notre cul­ture”, a renchéri le DJ belge Diego Cortez Salas. Rési­dent au Fuse, il con­sid­ère la boîte comme “une famille. Une famille qui se bat pour soutenir la cul­ture élec­tron­ique”.

Pour Emi­ly Jeanne, égale­ment rési­dente au club “c’est essen­tiel pour une ville d’avoir une vie noc­turne, qui est un exu­toire pour sa jeunesse”. DJ Pagano espère que le Fuse va gag­n­er en appel de cette déci­sion. Il se rap­pelle, comme tant d’autres, ses pas­sages dans la célèbre boîte de nuit : “C’est l’une de mes salles préférées de DJ depuis des années. J’y étais le jour du nou­v­el an et l’én­ergie était incroy­able !” Pour l’artiste fin­landais DJ Slow le Fuse, resté pen­dant 13 ans son endroit favori à Brux­elles, est “l’une des plus belles cul­tures de la Bel­gique et ne peut pas par­tir comme ça !

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Fuse Brus­sels (@fusebrussels)

Côté night­clubs, le club brux­el­lois peut compter sur l’aide de ses homo­logues. Le Rex club parisien apporte son sou­tien à la boîte de nuit, ain­si que le Bad­aboum, qui “espère une réou­ver­ture prochaine”. Le Kom­pass Klub, boîte de nuit belge, encour­age ce sauve­tage et appelle à sign­er la péti­tion créée par Brus­sels By Night Fed­er­a­tion, la fédéra­tion des pro­fes­sion­nels de la vie noc­turne bruxelloise.

Les con­traintes soumis­es au club ont été ordon­nées par l’Ad­min­is­tra­tion Régionale de Brux­elles (Brux­elles Envi­ron­nement). Pour le bourgmestre de Brux­elles, Philippe Close, “le Fuse doit rou­vrir, c’est fon­da­men­tal. Il fait par­tie de l’ADN de Brux­elles”. Il assure soutenir la réou­ver­ture du club et fera “tout pour ce soit le cas”. Pour sign­er la péti­tion, c’est ici.

(Vis­ité 4 268 fois)