Skip to main content
16 janvier 2023

Fermeture du Fuse: la scène électronique mondiale réagit

par Emma Grandjean

À la suite des plaintes d’un de ses voisins, le Fuse club, célèbre boîte de nuit techno de Bruxelles, a été contraint de fermer ses portes pour une durée indéterminée. Cette nouvelle a agité le monde de l’électro et a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Une pétition lancée en ligne contre la fermeture du club a déjà récolté plus de 50 000 signatures. 

On vous parlait précédemment de cette triste nouvelle. En ordonnant au club belge d’abaisser le volume à 95 dB et de fermer chaque nuit à 2 heures du matin, le gouvernement bruxellois a rendu « impossible » l’activité de la boîte de nuit. C’est après des plaintes pour nuisances sonores, de la part d’un des voisins du Fuse club, que cette décision a été prise. L’annonce de cette fermeture ébranle le monde de la musique et provoque de vives réactions sur Twitter et Instagram.

« C’est un crève-cœur », pour la DJ et productrice belge Charlotte de Witte. Cette « terrible nouvelle » d’après Halogenix, bouleverse les acteurs de la musique électronique. L’artiste Henning Baer comptait sur un poisson d’avril tandis que la DJ techno Paula Temple trouve « tellement absurde qu’un des plus importants pôles culturels de Belgique depuis 29 ans, doit être fermé pour faire plaisir à une seule personne ». Pour Laurent Garnier, cette nouvelle « est très TRÈS triste » et le DJ espagnol Oscar Mulero appelle à « continuer le combat ».

Pour les DJs et producteurs belges, cette annonce est d’autant plus déchirante que le Fuse était l’une des plaques tournantes de la bonne musique dans le pays. Sur les réseaux sociaux, Sacha Robotti, Yves Deruyter, Alix Perez et d’autres musiciens belges incitent leurs publics à signer la pétition. « Ne fermez pas notre maison, ne tuez pas notre culture« , a renchéri le DJ belge Diego Cortez Salas. Résident au Fuse, il considère la boîte comme « une famille. Une famille qui se bat pour soutenir la culture électronique ».

Pour Emily Jeanne, également résidente au club « c’est essentiel pour une ville d’avoir une vie nocturne, qui est un exutoire pour sa jeunesse ». DJ Pagano espère que le Fuse va gagner en appel de cette décision. Il se rappelle, comme tant d’autres, ses passages dans la célèbre boîte de nuit : « C’est l’une de mes salles préférées de DJ depuis des années. J’y étais le jour du nouvel an et l’énergie était incroyable ! » Pour l’artiste finlandais DJ Slow le Fuse, resté pendant 13 ans son endroit favori à Bruxelles, est « l’une des plus belles cultures de la Belgique et ne peut pas partir comme ça ! »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fuse Brussels (@fusebrussels)

Côté nightclubs, le club bruxellois peut compter sur l’aide de ses homologues. Le Rex club parisien apporte son soutien à la boîte de nuit, ainsi que le Badaboum, qui « espère une réouverture prochaine ». Le Kompass Klub, boîte de nuit belge, encourage ce sauvetage et appelle à signer la pétition créée par Brussels By Night Federation, la fédération des professionnels de la vie nocturne bruxelloise.

Les contraintes soumises au club ont été ordonnées par l’Administration Régionale de Bruxelles (Bruxelles Environnement). Pour le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, « le Fuse doit rouvrir, c’est fondamental. Il fait partie de l’ADN de Bruxelles ». Il assure soutenir la réouverture du club et fera « tout pour ce soit le cas« . Pour signer la pétition, c’est ici.

Visited 32 times, 1 visit(s) today