Fidlar — Too

En 2015, il est tou­jours aus­si dur d’échapper à la dichotomie éculée “authentique”/“vendu” lorsqu’on joue une musique énergique. Les morveux de Fid­lar fon­cent telle­ment dans ce piège pour­tant con­nu avec ce deux­ième album qu’on se deman­derait presque s’ils le font exprès. Mieux pro­duit, plus var­ié, plus mélodique, et moins imbibé de bib­ine éven­tée que son prédécesseur, ce disque tend les bras à l’archétype de la livrée “cali-rock pour minots” qu’on red­outait… un peu à tort. Il suf­fit de réé­couter ce disque plusieurs fois (vu le peu de temps que ça prend, c’est jouable) pour com­mencer à com­pren­dre : non, cette pro­duc­tion plus ample, par­fois un peu clin­ique, n’est pas là pour puri­fi­er le pro­pos de sa saleté orig­inelle, il lui donne davan­tage d’écho. D’autant plus qu’à se calmer un peu, on se rend compte que le chanteur de Fid­lar pos­sède en fait une vraie voix. Bref, le Fid­lar ver­sion 2015 fait davan­tage penser à Wavves ou Best Coast qu’à un groupe de blaireaux à moitié ivres, mais après tout, pourquoi pas.

(Vis­ité 69 fois)