©Birgit Kaulfuss

🥊 Fight Club : la nouvelle mixtape de Modeselektor, pour ou contre ?

par Tsugi

Un album, deux avis. Aujourd’hui sur le ring, la nou­velle mix­tape de Mod­e­se­lek­tor, Extend­ed. Fight !

Chronique issue du Tsu­gi 139 : aux orig­ines de Daft Punk, disponible en kiosque et à la com­mande en ligne

Fight ClubDu temps libre et un avenir bouchĂ©. Les con­fine­ments ont poussĂ© plusieurs artistes Ă  regarder en arrière et Ă  exhumer ce qui Ă©tait stockĂ© dans leurs vieux dis­ques durs. On pour­rait lĂ©gitime­ment se deman­der si ce vide-grenier numĂ©rique, qui con­siste Ă  aller fouiller dans ses fonds de tiroir pour pro­pos­er des morceaux qu’on n’avait pas jugĂ© bon de sor­tir il y a quelques annĂ©es, a un grand intĂ©rĂŞt, mais Skream ou Hud­son Mohawke nous ont rĂ©cem­ment prou­vĂ© que oui. On pour­ra ajouter Ă  cette liste Mod­e­se­lek­tor, qui a ressor­ti de ses archives 27 morceaux, mĂŞme si dans la plu­part des cas, il con­vient plutĂ´t de par­ler d’ébauches de morceaux, de boucles, de sĂ©quences non dĂ©velop­pĂ©es. La bonne idĂ©e du duo alle­mand est de les avoir pris qua­si­ment tels quels pour les lier Ă  tra­vers un mix, don­nant Ă  l’ensemble un cĂ´tĂ© brut et nerveux — rares sont les pistes Ă  attein­dre les trois min­utes. Une forme de retour aux fon­da­men­taux. Ceux d’avant le pre­mier album, quand le duo, lou­voy­ant entre IDM et bass music, n’en Ă©tait qu’au stade des promess­es et avait sor­ti une Boomkat Select­ed Mix­tapes vol.4 dont ses fans hard­core se sou­vien­dront peut-ĂŞtre. Il s’agissait alors d’un DJ-mix, mais on en retrou­ve l’esprit : des bass­es lour­des, des beats par­fois retors, qui dĂ©bouchent sur des instants de grâce, en ape­san­teur, comme ceux que ressen­tent les club­bers lorsqu’ils s’extirpent d’une cave pour regag­n­er la lumière du jour.

Gérome Dar­mendrail

 

Fight ClubAu roy­aume des mau­vais­es idĂ©es, Extend­ed ne serait pas loin dans l’ordre de suc­ces­sion au trĂ´ne. Si le principe de la mix­tape Ă©tait adap­tĂ© aux jeunes annĂ©es de Ger­not Bron­sert et Sebas­t­ian Szary, main­tenant qu’ils ont plus de 25 ans de car­rière der­rière eux, on ne nous enlèvera pas de l’esprit que le for­mat rac­cour­ci n’est plus de leur rang. Pour un peu, Extend­ed nous ren­ver­rait presque Ă  l’époque des CDs pro­mos oĂą les morceaux Ă©taient prĂ©sen­tĂ©s sous forme de snip­pets, ou cou­verts toutes les 30 sec­on­des par une voix atone dĂ©cla­mant : « You’re lis­ten­ing to a pro­mo CD, I’m glad you care, please don’t share. » Ce n’est pas que ce cinquième album fasse honte au cat­a­logue de notre duo berli­nois, c’est mĂŞme tout le con­traire. Un peu moins de deux ans après un Who Else en demi-teinte, Mod­e­se­lek­tor est de retour Ă  son meilleur niveau. « Bang­face », « Puls », « Soda », « Mean », « Keller » ou « Ohm » (entre autres) sont de gĂ©ni­aux bangers, aux bass­es red­outa­bles et Ă  la con­struc­tion juste par­faite, Ă©tab­lis­sant un pont par­fait entre la bass music et la tech­no de Seilscheibenpfeil­er Schallplat­ten Berlin (seit 1994), leur deux­ième label, mais sont bien trop courts. Quelle frus­tra­tion de ne pas jouir plus de deux min­utes de ces increvables bombi­nettes ! Et quitte Ă  inviter Jack­son & His Com­put­er­band ou Paul St. Hilaire, autant faire dur­er le plaisir. Pour tout dire, on aurait mĂŞme vu un album dou­ble, voire triple, qu’on aurait usĂ© jusqu’à la corde. Bref, coitus inter­rup­tus total.

Benoît Car­reti­er

❏

Retrouvez plus de chroniques dans le dernier Tsugi 139 : aux origines de Daft Punk, toujours disponible en kiosque et Ă  la commande en ligne

Modeselektor

Art­work

(Vis­itĂ© 845 fois)