Skip to main content
Via YouTube PSB News Hour
7 mai 2024

IA : pourquoi le discours de FKA twigs marque un tournant

par Olivia Beaussier

« L’IA ne peut pas reproduire la profondeur de ma vie, pourtant, ceux qui la contrôlent détiennent le pouvoir d’imiter le portrait de mon art, pour le reproduire et revendiquer faussement mon identité ainsi que ma propriété intellectuelle », déclarait la chanteuse et artiste britannique FKA twigs devant la Sous-commission judiciaire du Sénat des États-Unis sur les propriétés intellectuelles, à propos de l’utilisation de l’IA. On vous résume ce qui s’apparent à un tournant pour le futur de la musique.

« Je me tiens devant vous aujourd’hui car vous avez le pouvoir d’aider à protéger les artistes et leur travail, des dangers de l’exploitation et du vol liés intrinsèquement à cette technologie si elle reste hors contrôle », continuait l’artiste. Le témoignage de FKA twigs (Tahliah Debrett Barnett au civil) ce 30 avril est peut-être plus qu’une critique de l’IA, mais surtout un appel à l’aide au gouvernement pour une régulation législative afin de protéger les artistes.

Depuis ces derniers mois, il est de plus en plus courant de tomber sur des « deepfake ». De sa traduction française, « hypertrucage », on rappelle que les deepfake sont des images photos ou vidéos intégralement générées artificiellement, reproduisant les visages ou les voix de personnes déjà existantes. S’il y a encore un an, ces deepfake étaient grossiers et loin de la réalité ; en 2024, difficile de démêler le vrai du faux.

 

Une guerre contre les deepfake, pas contre les technologies

Devant la Sous-commission judiciaire du Sénat, FKA twigs a alerté sur l’utilisation de deepfake dans l’art. Sans pour autant cacher sa position pro-technologie. Afin d’imager ses propos, la star britannique avoue avoir, elle-même, eu recours à cette technologie en créant une version deepfake d’elle-même capable de reproduire sa voix à l’identique dans plusieurs langues. Selon elle, ce deepfake sera utilisé pour étendre sa portée médiatique, et pour ses réseaux sociaux, pendant que la « vraie » twigs se concentrera sur son art. Rien d’inquiétant, tant que cela reste sous le contrôle de la concernée.

La chanteuse déclarait devant le comité que l’absence de contrôle législatif approprié avait des répercussions sur son art : certaines chansons qu’elle n’a pas créées, circulent sur Internet. « Alors le fait que quelqu’un puisse prendre ma voix, changer les paroles, changer le message, peut-être travailler avec un artiste avec qui je ne veux pas travailler, ou peut-être travailler avec un artiste avec qui je voulais travailler mais maintenant la surprise est gâchée – cela me laisse profondément à nue, et me fait sentir vulnérable. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs)

Les mots de FKA twigs font écho à la lettre ouverte signée et publiée début avril par plus de 200 acteurs et actrices de la musique (dont Billie Eillish, Nicki Minaj, Aerosmith, Stevie Wonder…) contre l’utilisation « prédatrice » des IA. On pouvait déjà lire : « Quand elle est utilisée irresponsablement, l’IA menace grandement notre capacité à protéger notre intimité, notre identité, notre musique et notre gagne-pain. »

Et, cette sphère ne touche pas seulement la musique. On a vu passer, ces dernières semaines, des deepfake mettant certains artistes comme Taylor Swift dans des situations sexuelles semblant plus vraies que nature. Et si les gouvernements anglais et gallois ont déclaré que les créations de ces deepfake à caractères pornographiques seraient considérés comme des crimes, il n’en est rien -pour le moment- pour la musique.

Au Parlement du Royaume-Uni, plusieurs groupes politiques se sont réunis pour demander plus de législation sur l’utilisation à but créatif des IA. FKA twigs concluait sa déclaration au Sénat des États-Unis en affirmant : « Il est alors vital qu’en tant qu’industrie et législateurs nous travaillions ensemble pour garantir de faire tout notre possible, pour protéger nos droits créatifs et intellectuels ainsi que l’essence même de qui nous sommes. »

 

À lire aussi sur tsugi.fr : Découvrez « Magdalene », le nouvel album très attendu de FKA twigs

 

Pour finir ce billet, on conclura sur les paroles du morceau d’introduction, « Once Upon a Time » du dernier album de Mike Dean, 4:23, sorti en avril 2023 (presque un an jour pour jour avant la déclaration de FKA twigs) : « while A.I. may be able to create perfect works of art and music / It will never be able to capture the spirit / Of what makes those creations unquestionnably great / The human touch » (« alors que l’IA est capable de créer de parfaites œuvres d’art et de musique / Elle ne pourra jamais s’emparer de l’âme / De ce qui rend ces créations incontestablement grandioses / La touche humaine »)

Visited 562 times, 3 visit(s) today