Interview Coupe du monde : Agoria droit au but

En ce jour d’ouverture de la coupe du monde de foot en Russie, Arnaud Rebo­ti­ni passe la balle à son copain le DJ et pro­duc­teur Ago­ria, récent fon­da­teur du label Sapi­ens, pour con­tin­uer notre série d’interviews thé­ma­tique coupe du monde de foot. Pas­sion bal­lon rond et Olympique Lyon­nais au menu.

Ton pre­mier sou­venir de coupe du monde ?

1982, alors âgé de six ans, allongé sur le lit de mes par­ents, je fus spec­ta­teur du choc entre Bat­tis­ton et Schu­mach­er. La provo­ca­tion du gar­di­en alle­mand, l’arbitre aveuglé, les joueurs français inqui­ets et écoeurés, la dra­maturgie était en place. C’est sans doute de cette injus­tice qu’est née ma fer­veur pour le foot­ball.

Ton plus beau match de coupe du monde ?

La vic­toire 5–2 de la France face à la Suisse en 2014. Ce n’est certes pas le plus beau match en terme de jeu, mais c’est celui qui me vient immé­di­ate­ment à l’esprit. J’avais eu la chance d’accompagner l’équipe de France pen­dant les matchs de poule au pays du foot­ball, le Brésil. L’ambiance était dingue, le pays s’arrêtait totale­ment de vivre, pour chaque match. J’étais accueil­li par les gou­verneurs de chaque prin­ci­pauté, j’arrivais en cortège au stade et j’assistais aux match­es entourés de Brésiliens qui se sou­ve­naient par­faite­ment de 1998. Ce jour-là, il y eut 7 buts, et autant d’accolades que de franch­es envolées. La nuit fut longue et j’ai noué de pro­fondes sym­pa­thies, donc affec­tive­ment, oui c’était mon plus beau match, dans mon pays préféré..

Ton match de coupe du monde le plus pour­ri ?

Je l’ai oublié.

Un joueur qui incar­ne pour toi la coupe du monde ?

C’est dif­fi­cile de choisir un joueur mod­erne, car les com­péti­tions de club ont pris une telle impor­tance de nos jours, alors je dirais Just Fontaine et son fab­uleux record de 13 buts lors de la coupe du monde 1958.

Ton sou­venir le plus « sniff » de la coupe du monde ?

Les affaires extra sportives m’emmerdent, l’incompréhensible grève des joueurs à Knys­na, ou encore l’éviction de Ben­ze­ma. Lui, je l’ai vu débuter à Ger­land, j’imagine sa frus­tra­tion suite à l’affaire Val­bue­na…

Ton sou­venir le plus «  yeah » de la coupe du monde ?

Le coup de boule de Zidane à Mat­er­azzi. À cet instant-là, sa pul­sion a pris le dessus sur son devoir. Un des moments les plus authen­tiques, yeah.

Quels joueurs vont explos­er lors de la prochaine coupe du monde ?

Je suis pas très bon pronos­tiqueur, par­don. Je dirais : le Lyon­nais Nabil Fekir.

À part la France quel pays soutiens-tu ?

Le Brésil et l’Espagne. Et je ne sais pas pourquoi j’ai tou­jours aimé le Japon, des sacrées mobylettes, j’ai hâte de les voir jouer con­tre la Colom­bie.

Ton pronos­tic pour la prochaine coupe du monde ?

Le Brésil.

Si la France gagne la coupe du monde tu fais quoi ?

Je saute en para­chute au-dessus du Brésil.

En live le 6 juil­let à Brest (Astrop­o­lis)

En DJ set le 13 juil­let à Paris (La Clair­ière)

(Vis­ité 224 fois)