Skip to main content
© David Corio / Getty
6 juin 2018

Jalal Mansur Nuriddin des Last Poets est décédé

par Corentin Fraisse

Jalal Mansur Nuriddin, membre de The Last Poets, est mort. Fondateur de ce groupe mythique précurseur du rap et du hip-hop, il décède chez lui à l’âge de 74 ans, après plusieurs années à combattre le cancer.

Le groupe est créé le 19 mai 1968, soit le jour de l’anniversaire de Malcom X. En 1970, l’album éponyme The Last Poets (produit par Alan Douglas) révèle quatre jeunes New-Yorkais qui vont révolutionner la musique urbaine : un percussionniste et trois poètes, dont Jalal Mansur Nuriddin. A l’époque, il s’appelle encore Alafia Pudim. Ses textes sont acérés et transpirent de revendications. Pour avoir refusé de saluer le drapeau américain, il est déjà passé par la case prison. Dans ses textes comme dans ses actes, il incarne parfaitement le point de rencontre entre les luttes des Black Muslims et celles menées par les Black Panthers. Il participera à dix des quatorze albums publiés par les Last Poets, pour rester éternellement précurseur du rap, contre-culture progressivement devenue culture dominante.

La famille de Jalal Mansur Nuriddin précise qu’il est mort dans son sommeil. On se souviendra de ce prophète du ghetto, de sa poésie militante dans le Harlem des années 1970 et de la dizaine d’albums engagés qui ont suivi. Pour beaucoup, il est et restera le « grand-père du rap ».

 

Visited 6 times, 1 visit(s) today