© David Corio / Getty

Jalal Mansur Nuriddin des Last Poets est décédé

Jalal Mansur Nurid­din, mem­bre de The Last Poets, est mort. Fon­da­teur de ce groupe mythique précurseur du rap et du hip-hop, il décède chez lui à l’âge de 74 ans, après plusieurs années à com­bat­tre le can­cer.

Le groupe est créé le 19 mai 1968, soit le jour de l’an­niver­saire de Mal­com X. En 1970, l’al­bum éponyme The Last Poets (pro­duit par Alan Dou­glas) révèle qua­tre jeunes New-Yorkais qui vont révo­lu­tion­ner la musique urbaine : un per­cus­sion­niste et trois poètes, dont Jalal Mansur Nurid­din. A l’époque, il s’ap­pelle encore Alafia Pudim. Ses textes sont acérés et tran­spirent de reven­di­ca­tions. Pour avoir refusé de saluer le dra­peau améri­cain, il est déjà passé par la case prison. Dans ses textes comme dans ses actes, il incar­ne par­faite­ment le point de ren­con­tre entre les luttes des Black Mus­lims et celles menées par les Black Pan­thers. Il par­ticipera à dix des qua­torze albums pub­liés par les Last Poets, pour rester éter­nelle­ment précurseur du rap, contre-culture pro­gres­sive­ment dev­enue cul­ture dom­i­nante.

La famille de Jalal Mansur Nurid­din pré­cise qu’il est mort dans son som­meil. On se sou­vien­dra de ce prophète du ghet­to, de sa poésie mil­i­tante dans le Harlem des années 1970 et de la dizaine d’al­bums engagés qui ont suivi. Pour beau­coup, il est et restera le “grand-père du rap”.

 

(Vis­ité 253 fois)