Skip to main content
6 septembre 2018

Jeanne Added en couv’ de Tsugi 115, en kiosque samedi 8 septembre

par Patrice BARDOT

Une histoire toute personnelle. Il y a légèrement plus de 20 ans, je débutais alors dans le métier de journaliste musical en écrivant sur la jungle-drum’n’bass qui vivait alors son âge d’or. Bon, les choses se sont un peu gâtées par la suite et hormis quelques îlots de résistance en Grande-Bretagne et par ici (hello, la grande Elisa Do Brasil !), on ne peut pas dire que la drum occupe ces temps-ci le devant de la scène électronique. À notre modeste niveau, il fallait y remédier. C’est donc avec une grande joie et une certaine fierté que nous accueillons dans ce numéro Roni Size qui a accepté de mixer notre CD. Et de quelle manière! Aucun doute que cette sélection qui fait la part belle à ses deux labels légendaires, V Recordings et Full Cycle, figure dans le top 5 des compilations de l’histoire du magazine. On l’attend maintenant pour une de nos soirées. Qui sait ? Mais notre rentrée musicale n’explore évidemment pas que le passé, aussi glorieux soit-il. Elle a même le regard résolument tourné vers l’avenir avec cette couverture radieuse honorant la talentueuse Jeanne Added, qui a fait craquer l’ensemble de la rédaction avec son album puissant et lumineux. Comme quoi tout est toujours possible chez Tsugi, puisque j’avoue bien volontiers être passé à côté de son premier essai que je trouvais habité d’une noirceur trop étouffante. Une histoire toute personnelle là encore.

Vous retrouverez également dans ce numéro la chronique de notre album du mois (signé Djedjotronic), Xavier et Gaspard de Justice jouant au blindtest, des portraits de Kiddy Smile, Jungle, Grand Blanc, Léonie Pernet, Idles, Jean-Michel Jarre se racontant en images, Gilb’R qui nous explique sa passion pour la photographie… Et comme d’habitude votre lot de chroniques, compte-rendus de festivals, bons plans, tests de matériel et autres rencontres avec les artistes faisant l’actu en cette rentrée ! Retrouvez votre Tsugi, 115ème du nom,  en kiosque ou sur notre boutique en ligne à partir du samedi 8 septembre. En attendant, vu qu’on est sympa, voilà le début de l’interview de Jeanne Added par Alexis Bernier et Antoine Dabrowski :

Trois ans après son sépulcral premier album Be Sensational, Jeanne Added brille sur Radiate. Un disque amoureux, toujours mélancolique, mais plein d’espérance. Explications.

« J’ai même un pull vert », s’amuse Jeanne Added quand on lui parle du bombers rose pastel qu’elle arbore dans le clip de « Mutate », le premier single de son second album. On nous pardonnera d’autant plus facilement cet « instant chiffon » qu’il est révélateur de la discrète mutation qui s’est opérée chez la chanteuse révélée par le succès inattendu d’un Be Sensational pourtant sans concession en 2015. Hier, adepte d’un total look noir et d’une certaine austérité, pour ne pas dire sévérité ou raideur, la chanteuse de « A War Is Coming » semble avoir aujourd’hui le sourire plus facile, comme en témoigne la pochette de Radiate, un portrait qui ressemble à un quasi-décalque de celui qui ornait Be Sensational, à quelques importants détails près. Quand le premier cliché est en noir et blanc, regard masqué par un voile de fumée, le nouveau est en couleur. Jeanne a le regard franc sur un fond blanc éclatant. « J’ai eu envie d’une pochette qui soit le positif de celle du premier album. Je voulais avoir les yeux ouverts. Même si je ne suis pas encore capable de regarder la caméra en face ! » Cette belle image signée Julien Mignot (qui met aussi parfois son talent au service de Tsugi) n’a rien d’anecdotique. À l’approche de la sortie de Radiate, Jeanne Added semble avoir dompté sa colère: « Pas domptée mais absorbée. En vieillissant, elle s’adoucira peut-être encore et alors, jusqu’à la fin de mes jours, je n’enregistrerai plus que des disques de ballades au piano ! », rit-elle comme elle fera très souvent durant l’heure et demie que durera notre entretien. Jeanne Added l’affirme volontiers : « Je suis prête à passer à un nouveau chapitre. » Et cet excellent nouvel album, plus électro, pop et sensuel, le confirme. Fini la froideur, la noirceur et la guerre qu’elle semblait se mener à elle-même tout au long de Be Sensational : « Encore heureux qu’on ne passe pas tout son temps à se taillader les veines, ce serait épuisant à la fin. »

Sans temps morts

Cette sérénité nouvelle, ce chapitre qu’elle se dit prête à ouvrir, il est simple d’en trouver la source dans le succès de Be Sensational qui l’a « décadenassée ». Un disque de chansons sombres et intenses où une rage sourde fait vrombir des lignes de basses distordues par la magie noire de son producteur Dan Levy (l’homme de The Dø) et de ses machines. Malgré son ambiance cold wave crépusculaire, l’album va trouver un écho grandissant auprès du public qui y voyait peut-être l’allégorie d’une époque tourmentée. Le disque va faire un carton et Jeanne Added tournera plus de deux ans avec ses chansons, dont elle livre sur scène des versions moins abruptes et plus dansantes. Le magnétisme et la puissance que la chanteuse dégage ne sont certainement pas étrangers au succès croissant que vont connaître ses lives et, par répercussion, son album. Mais si la scène a certainement contribué à son succès, l’appétence du public pour la profonde noirceur de Be Sensational reste un heureux mystère, même pour son auteur: « Je ne sais pas l’expliquer. » Ce que l’on sait, en revanche, c’est que si Jeanne Added a su gérer avec une certaine maîtrise cette soudaine popularité et les sollicitations qui vont avec, c’est qu’elle est une musicienne accomplie.

… La suite à découvrir en kiosque ou sur notre boutique en ligne à partir du samedi 8 septembre !

Visited 8 times, 1 visit(s) today