Skip to main content
5 février 2020

Kompromat sort un clip sublime avec l’actrice Adèle Haenel

par Marthe Chalard-Malgorn

Ce 5 février, le plus allemand des duos électroniques français, Kompromat (Rebeka Warrior et Vitalic), sort le clip du titre « De mon âme à ton âme » avec Adèle Haenel au chant et à l’écran, issu de l’album Traum Und Existenz sorti le 5 avril 2019. Sur une instrumentation de Vitalic, l’actrice française et la chanteuse de Sexy Sushi, Rebeka Warrior, se déclarent leur amour dans la langue de Goethe. Réalisé par Claire Burger, ce clip est un hommage à l’esthétique psychédélique de l’Enfer d’Henri-Georges Clouzot (1964) : film inachevé mettant en scène la sublime Romy Schneider, traversée de lumières vertes, roses et bleues.

Par mail, la réalisatrice du clip « De mon âme à ton âme », Claire Burger, nous a expliqué sa volonté artistique : « Je voulais m’appuyer sur des effets spéciaux réalisés presqu’exclusivement à la prise de vue. À l’air du tout numérique, il est de plus en plus rare d’avoir recours à ce type de méthode. Les effets s’inventent sur le plateau même, lors du tournage, grâce à des dispositifs astucieux qui permettent de sculpter la lumière et l’image comme une matière. C’est également ce qui fait la beauté des rush de l’Enfer, on est loin des VFX [effets visuels, ndr] et du travail digital de l’image. » Faire dialoguer deux générations, deux formes d’art, créer un pont entre le cinéma et la musique mais également entre Romy Schneider et Adèle Haenel était primordial à ses yeux. 

Dans la continuité cinématographique d’un autre clip du duo, celui de « Niemand » réalisé par Bertrand Mandico (Les Garçons Sauvages, Ultra Pulpe), « De mon âme à ton âme » évoque les sentiments bruts de colère et d’amour que la réalisatrice a ressenti face à l’esthétique du groupe : « Je suis très sensible à l’univers de Kompromat et à la profondeur de leurs textes. Il y a dans leur musique quelque chose de mélancolique, sans pour autant être sombre, qui me parle. Je suis touchée aussi par la voix de Rebeka, son interprétation presqu’enfantine et pourtant pleine de rage… » Contraints de tourner en une seule journée, le rendu limpide de ce clip a été permis par le professionnalisme d’Adèle Haenel et de Kompromat.

Petit plus, Julien Dossena (directeur artistique de la maison de mode Paco Rabanne), grand admirateur de L’Enfer de Clouzot, a accepté de leur donner accès au vestiaire de la maison. La plupart des pièces utilisées sont composées de rivets, de plaques de métal ou de pastilles en Rhodoïd les rendant aussi précieuses que des pièces de musée. « Sur le plateau, lors des essayages, les robes étaient manipulées par des experts envoyés par la maison. C’était très émouvant de voir ces modèles iconiques, portés dans les années 60 par des stars comme Françoise Hardy, reprendre vie sur le corps d’Adèle« , explique Claire Burger. 

Kompromat sera présent à la seconde édition du Wintower Festival aux côtés d’Isaac Delusion, Zimmer, Texas Menthol et bien d’autres artistes, le 22 février au Transbordeur de Villeurbanne.

Autres dates de Kompromat en France :

  • 06/03 : Le Garosnow, Luchon
  • 21/03 : Château Rouge, Annemasse
  • 04/04 : Mytho Festival, Rennes
  • 24/04 : Le Rocher de Palmer, Cenon
  • 25/04 : l’Atabal, Biarritz
  • 15/05 : Les 3 Elephants, Laval
  • 26/06 : Le Magnifique Society, Reims
  • 02/07 : Festival Beauregard, Hérouville
Visited 413 times, 1 visit(s) today