La coqueluche de la house anglaise Richy Ahmed lance Four Thirty-Two, son propre label

Le chou­chou de la house anglaise : voilà com­ment on pour­rait définir aujour­d’hui Richy Ahmed, croisé au Sonar, Ibiza, fab­ric ou dans les let­tres de recom­man­da­tion de Seth Trox­ler. Nor­mal que les créa­teurs du label house Hot Cre­ations — Jamie Jones et Lee Foss — aient appelé l’Anglais pour qu’il y signe sa pre­mière sor­tie, The Drums. Mais aujour­d’hui Richy Ahmed rêve plus grand : il a annon­cé plus tôt cet automne la créa­tion de son pro­pre label, Four Thirty-Two — et s’oc­cupe par la même occa­sion de la pre­mière sor­tie de la mai­son avec l’EP Put Me In A Trance. On n’a pas pu s’empêcher de lui pos­er quelques questions. 

Com­ment Jamie Jones et Lee Foss (de Hot Cre­ations) ont réa­gi quand tu leur as annon­cé vouloir lancer ton pro­pre label ? 

Ils étaient sur un petit nuage, heureux pour moi. Ils ont réal­isé que j’avais gran­di en tant qu’artiste, et que c’é­tait le bon moment. Ils m’ont tou­jours soutenu et c’é­tait naturel que je com­mence mon pro­pre projet.

Pourquoi voulais-tu avoir ton pro­pre label ? 

J’ai décidé ça il y a un peu plus d’un an seule­ment. Je voulais avoir le con­trôle com­plet, sor­tir ce que j’aime et voir ce que les gens en pensent. J’ai fait un tas de morceaux pour lesquels j’ai beau­coup tra­vail­lé, et je voulais juste sor­tir ces titres sans avoir quelqu’un der­rière pour me dire com­ment ils devraient son­ner. Aus­si, j’ai passé pas mal de temps comme DA chez Hot Cre­ations et je décou­vre con­stam­ment des titres très var­iés et géni­aux, donc je voulais un endroit pour les sortir.

Est-ce que ce sera majori­taire­ment house ? Quand le label a été lancé on a pu lire que ce sera plus “dark” que ce que sort Hot Cre­ations… C’est vrai ? 

Oui, ça sera effec­tive­ment bien plus som­bre, et il n’y aura pas for­cé­ment que la house. Si un titre me plaît, je me fiche du style – house, tech­no, dis­co, tout ce que tu veux, si c’est bon je le sign­erai. Ce sera juste moins com­mer­cial que Hot Cre­ations… Tout sim­ple­ment parce que je ne veux pas copi­er Hot Cre­ations, je veux faire mon pro­pre truc !

Ce nou­veau label s’ap­pelle Four Thirty-Two. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Cela cor­re­spond à 432 hertz, la fréquence qui devrait math­é­ma­tique­ment être homogène avec celle de l’u­nivers et du cœur. On accordera cer­taines de nos sor­ties selon cette fréquence, c’est une méth­ode qui a sou­vent été util­isée par Bob Mar­ley et John Lennon. Je suis quelqu’un d’assez spir­ituel et cette idée me par­le beaucoup.

Tu as récem­ment joué au Faust à Paris. C’é­tait comment ? 

Le con­cert était vrai­ment bien, on l’a streamé en live donc vous pou­vez aller voir ça ici. Je trou­ve que la foule et le club étaient géni­aux, le son était excel­lent et les lumières vrai­ment cool. J’ai adoré.

Tu joues dif­férem­ment quand tu viens en France ? 

Non, pas néces­saire­ment. Je passe ce que je pense être le bon morceau pour le bon pub­lic au bon moment, peu importe que je sois en France, en Alle­magne ou au Royaume-Uni. Mais le pub­lic français est vrai­ment cool, mature, avec beau­coup de bon goût.

Qu’as-tu de prévu pour 2017 ? 

Si tout se passe bien Four Thirty-Two se lancera à Ibiza l’été prochain… Donc beau­coup de musique, d’évo­lu­tions pour le label et de fêtes !

(Vis­ité 265 fois)