Skip to main content
8 septembre 2016

La Femme – Mystère

par rédaction Tsugi

Extrait du numéro 95 de Tsugi (septembre)

Ça y est, revoilà enfin La Femme ! Trois ans après l’ouragan Psycho Tropical Berlin, les Frenchies ont-ils réussi à se montrer à la hauteur de la hype engendrée par leur premier effort ? Réponse affirmative !

Malgré ce que son titre peut laisser supposer, Mystère est un album accessible. “Sphynx”, farandole mystique et acide, rassurera les fans d’entrée de jeu. Nul besoin d’écoutes à répétition pour s’en rendre compte, le son caractéristique de La Femme est bien là, inchangé : une pop vaporeuse, sensuelle, toujours en équilibre instable entre psychédélisme et rêverie, aux paroles mi-crues, mi-poétiques. Le groupe se montre malgré tout aventureux, et s’essaye à de nouveaux exercices de style : ballade acoustique et automnale pour “Le vide est ton nouveau prénom”, pop noisy et stridente sur la déchaînée “Tatiana”. La Femme a été très ambitieux pour ce deuxième album, long de près d’une heure et quart, et que vient conclure “Vagues”, doux cocon atmosphérique de dix-sept minutes. Malgré quelques maladresses (la dansante “SSD” flirte avec l’autoparodie), Mystère s’avère être un complément idéal à Psycho Tropical Berlin, plus contemplatif et plus éclectique. Vivement que l’on puisse entendre ces nouvelles compositions sur scène… (Matthieu Vaillant)

>>> Lire notre interview de La Femme

Mystère [Barclay/Universal], sorti le 2 septembre. 

Visited 14 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply