La passion méconnue de Claude VonStroke : les comics

par Tsugi

C’est une année faste pour Claude Von­Stroke : le DJ et pro­duc­teur de house cal­i­fornien sort un nou­v­el album, Freaks and Beaks, dont la sor­tie coïn­cide avec les quinze ans de son label Dirty­bird. Pour cette occa­sion, il pub­lie un coffret-livre retraçant son his­toire, avec dis­ques, pho­tos et art­works. Un pro­jet par­faite­ment logique, puisque sous le cos­tume de Claude Von­Stroke se cache Bar­clay Cren­shaw, grand fan de comics.

Arti­cle issu du Tsu­gi 131, disponible à la com­mande en ligne.

 

« Je ne sais plus exacte­ment com­bi­en j’ai de com­ic books, mais ce n’est pas déli­rant. Je dois en avoir moins de 1 000. J’ai com­mencé à les col­lec­tion­ner à l’âge de onze ans, mais je me suis arrêté pen­dant très longtemps. Je m’y suis remis ces trois dernières années. J’ai arrêté de boire de l’alcool env­i­ron au même moment, et à la place je me suis de plus en plus intéressé aux com­ic books. Ça fait sens, d’une cer­taine manière. Enfant, j’étais un nerd : les comics étaient pop­u­laires, c’est sûr, mais je ne pense pas que les gens en pos­sé­daient autant que moi. Quand j’ai eu 13 ou 14 ans, j’ai reven­du toute ma boîte de comics à mon frère, qui a deux ans de moins que moi. Il les a gardés pen­dant env­i­ron trente ans, et il y a un an, il les a tous ramenés chez moi. Nous les avons fait not­er (pour déter­min­er la valeur d’un comics, out­re sa rareté, on lui attribue une note sur 10 selon son état, ndr) et ils étaient en très bon état, des 9,8 ou 9,6. Il y avait les Wolver­ine numéros 1, 2, 3 et 4. C’était vrai­ment agréable de pou­voir retrou­ver une con­nex­ion avec mon frère grâce aux com­ic books que l’on col­lec­tion­nait enfants. Aujourd’hui, il en a moins que moi, même s’il aime tou­jours beau­coup ça. Il me sou­tient dans ma collection.

Je pense que j’aime les mêmes per­son­nages dans les com­ic books et dans la musique.”

Claude Vonstroke

Ma péri­ode favorite est l’âge de bronze (péri­ode de pro­duc­tion de comics s’étendant du début des années 1970 à 1986, ndr). J’adore Wolver­ine, mais aus­si Moon Knight ou Mali­cia des X‑Men. J’aime les per­son­nages qui ont des prob­lèmes per­son­nels. Ce sont surtout des comics édités par Mar­vel, avec des super­héros. Je n’ai pas beau­coup d’autres comics issus d’autres âges, mais il m’arrive d’avoir des sur­pris­es en cher­chant de nou­velles pièces pour ma col­lec­tion. Je suis tombé par acci­dent sur de vieux numéros des X‑Men, que je ne cher­chais pas for­cé­ment. Mon idéal serait d’avoir tous les X‑Men du numéro 1 jusqu’au 350, mais je n’ai même pas le pre­mier ! Il se vend à 700 000 dol­lars. (rires)

J’ai dépen­sé de l’argent dans cette col­lec­tion, mais pas une for­tune, unique­ment pour quelques comics que je veux vrai­ment avoir. J’ai peu de pièces rares, si ce n’est un exem­plaire du numéro 180 de Hulk, qui con­tient la toute pre­mière appari­tion de Wolver­ine, dédi­cacé par trois des qua­tre créa­teurs. J’ai aus­si col­lec­tion­né des comics plus récents, comme les Immor­tal Hulk ou Pow­ers Of X, un spin-off de X‑Men, mais je n’en ai pas beau­coup. Je suis blo­qué dans les années 80. Même dans la musique : j’adore le hip-hop des années 80 et 90, et j’adore les com­ic books de cette péri­ode. Je dois avoir un prob­lème. (rires)

Je pense que j’aime les mêmes per­son­nages dans les com­ic books et dans la musique. Il y a un lien, même si je ne sais pas vrai­ment com­ment l’expliquer. Ils vien­nent plutôt de l’underground. Je n’aime pas trop Super­man, par exem­ple, et si Super­man est David Guet­ta, Moon Knight serait plutôt Dami­an Lazarus. (rires) Je ne peux pas l’expliquer mieux. Il y a une autre con­nex­ion : depuis que je col­lec­tionne les com­ic books, j’ai tou­jours aimé leurs cou­ver­tures, ce qui m’a amené à aimer un cer­tain type de pein­tres et de dessi­na­teurs. C’est comme ça que j’ai embauché cer­tains artistes depuis sept ans au sein de mon label Dirty­bird. Ils ne font pas exacte­ment du com­ic book, mais je peux voir le rapport. »

Arti­cle issu du Tsu­gi 131, disponible à la com­mande en ligne

(Vis­ité 207 fois)