Skip to main content
19 mai 2017

L’album du mois : Coldcut X On-U-Sound — “Outside The Echo Chamber”

par Mathias Riquier

Extrait de Tsugi 102, actuellement disponible en kiosque.

Sans On-U-Sound, il n’y aurait jamais eu de Ninja Tune.” Cette assertion de Matt Black, cofondateur de Coldcut et dirigeant de la célèbre maison anglaise avec son complice Jonathan Moore, sonne comme un aveu de vassalité envers un label, un son et surtout un producteur. Adrian Sherwood, qui frôle l’âge de la retraite, a porté une vision de la musique dub qui a influencé des pans entiers de la musique électronique, sans parler de son boulot de producteur, toujours leste sur le potard de réverbération. Sherwood possédant une grande carrière de remixeur (Coldcut a été l’une de ses victimes historiques), voir ce brelan de vétérans sur un même disque n’a rien de grotesque : l’alliance “Coldcut x On-U-Sound” (Sherwood n’évoluant pas ici en son nom propre) se base sur tout ce qui rassemble ces vétérans de l’alliance entre dub et dance music. Bienveillance lors de l’insertion du disque dans le tiroir, donc. Roots Manuva, qui jouit d’un passe-droit éternel chez Ninja Tune, s’invite à la fête le temps d’un morceau avec une pertinence absolue. Quatre-vingts battements par minute, basse modulée, break-beat ralenti à l’extrême et skanks fantomatiques, voilà le topo donnant la tonalité de ce monolithe de “l’interprétation de l’héritage dub”, qui s’avère scotchant de cohérence au fur et à mesure du voyage. Exercice de style oblige, on retrouve aussi Lee Scratch Perry, qui ne réussit à être pertinent qu’accompagné, sur un “Divide and Rule” que Junior Reid et Elan amènent dans un territoire presque pop, truffé d’éléments abstract hip- hop, de collages sonores et de couches intermédiaires insondables. À l’épreuve d’une écoute attentive, on subodore une collaboration définie selon les expertises de chaque membre du trio : Coldcut au beatmaking, Sherwood à la prod’, avec un director’s cut sur le vernis roots. Le slow “Make Up Your Mind” attendra un bout de plage avec un rhum à la main à 3 heures du mat’ pour prendre l’ampleur qu’il mérite, “Robbery”, hissé par le flow grognard de Rholin X, qu’on trouve une bagnole avec une cylindrée suffisante pour le mettre à fond. On peut aussi se dire que Outside The Echo Chamber peut s’appréhender comme l’une des œuvres les plus cohérentes du genre depuis des années, et certainement la preuve qu’être pertinent dans son art en étant quinqua est à portée de main.

Si vous êtes plutôt Spotify :

Outside The Echo Chamber (Ahead Of Our Time/Ninja Tune/Pias), sort aujourd’hui, le 19 mai.

Visited 20 times, 1 visit(s) today