L’album solo de Lindstrøm illustré par un superbe court-métrage

Lind­strøm révèlait ven­dre­di dernier On A Clear Day I Can See You For­ev­er — qui tient son nom de la fameuse comédie musi­cale des années 70, aus­si con­nue sous le nom de Melin­da. Le pro­duc­teur norvégien déclare que le pre­mier titre de l’al­bum est une “impro­vi­sa­tion de 10 min­utes sur le Moog Mem­o­ry­moog”. Il ajoute : “J’ai aimé le ren­du de lib­erté, alors j’ai décidé de ne rien mod­i­fi­er”. Les trois autres tracks ont été réal­isés en une seule prise. Lind­strøm livre ce LP sous le signe de la spon­tanéité. Y fig­urent des morceaux élec­tron­iques très influ­encés par la musique clas­sique. Sur “Swing Low Sweet LFO”, les arpèges sont joués sur des syn­thés et boîtes à rythme — la mélodie à la fin du morceau prend des sonorités de clavecin.

À l’oc­ca­sion de cette sor­tie solo, Lind­strøm a solic­ité les tal­ents de Kasper Häg­gström pour réalis­er ce qui à la base devait être un clip pour un seul des morceaux de l’al­bum. C’est finale­ment un court métrage éblouis­sant de pureté, sur un fond musi­cal com­posé d’ex­traits de tous les tracks du dernier LP du pro­duc­teur, sans excep­tion. “Je n’au­rais pas pu être plus con­tent du résul­tat”, confie-t-il. L’im­age est sub­limée par des mou­ve­ments de caméra d’une flu­id­ité inouïe. L’ac­tion se déroule en pleine nature, entre champs et plages de rochers. Deux hommes ont dérobé une sculp­ture de l’artiste norvégien Gus­tav Vige­land, sa dernière oeu­vre qui est d’ailleurs inachevée. Ils la traî­nent par monts et val­lées dans un drap orange — et la trans­portent même dans leur bar­que. L’ac­tion se déroule en pleine nature, entre champs et plages de rochers. Une his­toire mys­térieuse et trag­ique, ignorée à cause d’un événe­ment majeur qui s’est déroulé dans le même temps en Norvège : un crash d’avion.

Et pour ceux qui veu­lent écouter l’al­bum au com­plet…

(Vis­ité 294 fois)