L’archive du jour : le premier enregistrement de “musique électronique” est en écoute

En 1948, le pre­mier sys­tème infor­ma­tique avec logi­ciel inté­gré fai­sait son appari­tion. Appelé “Baby”, il a per­mis de grandes avancées tech­niques et notam­ment les pre­miers enreg­istrements et créa­tions sonores depuis un ordi­na­teur. Le plus vieux de ces morceaux vient de refaire sur­face grâce à une restau­ra­tion de qual­ité réal­isée par le pro­fesseur Jack Copeland et le musi­cien Jason Long. 

Pen­dant deux min­utes, on peut donc enten­dre une voix fémi­nine et trois titres joués de manière sim­pliste, comme avec un seul doigt sur un piano : l’hymne bri­tan­nique “God Save The King” (George VI est à l’époque roi, cette chère Babeth n’é­tant couron­née qu’en 1952), la comp­tine “Baa Baa Black Sheep” et le clas­sique jazz “In The Mood” de Glenn Miller. Cet enreg­istrement unique a eu lieu dans le lab­o­ra­toire d’Alan Tur­ing, pio­nnier infor­ma­tique qui a joué sur deux fronts en décryptant d’abord des codes nazis pen­dant la Sec­onde Guerre mon­di­ale puis en inven­tant l’or­di­na­teur mod­erne (et le trans­for­mant en instru­ment de musique par la même occasion). 

Grâce au témoignage du pro­fesseur Christo­pher Stra­chey, qui pour­suivi le tra­vail de Tur­ing après sa mort en 1954, on sait que ce soir-là, en 1951, le pro­gramme qu’ils avaient conçu ensem­ble “cracha bruyam­ment l’hymne nation­al, à la sur­prise générale”. Cet enreg­istrement est la preuve d’une inno­va­tion unique à une époque où tout était à faire, et mar­que la nais­sance d’une musique dite élec­tron­ique par son lien avec les machines. 

(Vis­ité 77 fois)