Skip to main content
Crédit : Denis Boulze
12 décembre 2018

Laurent Garnier a préparé 11 mixes exclusifs pour l’expo « Rêve Electro » à la Philharmonie de Paris

par Axel Pares

Qui de mieux que Laurent Garnier pour retracer trente années de musique électronique ? Pour l’exposition « Rêve Electro », la Philharmonie de Paris fait appel au savoir-faire du célèbre DJ. Un événement sonore et visuel, entre installations lumineuses, sculptures, photographies et multiprojections autour de figures incontournables du genre, de Kraftwerk à Jean-Michel Jarre en passant par Juan Atkins. Le concept derrière la bande-son de l’expo ? Représenter chaque phase de l’histoire de la house et de la techno en couvrant des genres musicaux aussi variés que la techno de Detroit, la house de Chicago, le garage de New York, le new beat belge, le disco, l’electronica, la UK bass et la techno allemande.

L’exercice était facile pour Garnier, qui a même décidé d’aller au-delà de cette consigne comme il le rapporte au magazine XLR8R : « Je devais préparer 10 mixes au total. Mais quand j’ai soumis tous les mixes à l’organisateur, j’avais l’impression qu’il nous manquait le côté futuriste des choses : « la musique de demain ! » Je voulais compiler un autre mix avec une musique qui sonne moderne, fraîche et avant-gardiste. 99% de la musique que j’ai sélectionnée pour ce dernier mix était neuve ; certains morceaux ne sont même pas encore sortis, mais je voulais aussi inclure un vieux morceau de Jeff Mills et terminer le mix avec « Big City Sky », un morceau que Derrick May a fait il y a longtemps avec System 7. Ce titre est incroyablement futuriste et si vous ne saviez pas qu’il a été produit il y a plus de 20 ans, vous auriez l’impression qu’il a été fait hier. » En attendant l’ouverture de l’expo, du 9 avril au 11 août, on se réécoute ce track de conclusion :

 

Visited 14 times, 1 visit(s) today