Terminal V 2019 - Crédit : Hannah Metcalfe

Laurent Garnier, Ben Klock, Red Axes, Annie Mac à Terminal V : l’Ecosse a vu grand

Une amie nous avait bien prévenus : “Les Ecos­sais sont fous et si tu ajoutes Hal­loween et tech­no alors c’est du délire”, mais rien ne nous avait pré­parés à ça. Same­di 26 octo­bre dernier, les bâti­ments imper­son­nels mais immenses du Roy­al High­land Cen­tre tout proche de l’aéroport d’Edinburgh ont été le théâtre d’un rassem­ble­ment élec­tron­ique mas­sif, témoignage de la volon­té des Ecos­sais, dont la scène élec­tron­ique de Soma (le label) à Slam, Funk D’Void ou Mylo a longtemps été très active, de rec­oller au pelo­ton de tête des nations tech­no. Man­i­feste­ment il y a le pub­lic pour ça. Sou­vent très jeunes et out­rageuse­ment euphoriques. Ils étaient près de 15 000 a être venus pour prof­iter en journée, de midi à 23h, des plus gros DJ inter­na­tionaux dans une ambiance de foire en cette veille de fête des morts. C’est bien sim­ple, à coté du pub­lic de Ter­mi­nal V, les déjà très jeunes et vifs fes­ti­va­liers de Panora­mas à Mor­laix ont l’air d’aimables vieil­lards.

Mal­gré des tem­péra­tures piquantes ne dépas­sant pas les douze degrés en plein cœur de l’après midi, on a assisté à un improb­a­ble défilé de cos­tumes. Près de 40% du pub­lic était déguisé ou maquil­lé. Et on a vu de tout : des Scooby-Doo, des Ali G, des Pikachu (évidem­ment), des Télé­tub­bies, des Char­lie (ceux qu’il faut tou­jours chercher), des mon­stres de la rue Sésame, des Mario pas super et surtout des dizaines d’infirmières, petites fées bien en chairs et autres dia­b­less­es, invari­able­ment ultra dénudées mal­gré la chaire de poule et les dents qui claque­nt. Sans par­ler des maquil­lages de Jok­er et des masques de Guy Fawkes. Ni de cet inquié­tant per­son­nage dansant en cos­tume de clown avec une tête de cochon durant le set de Lau­rent Gar­nier. Flip­pant.

Crédit : DR / Han­nah Met­calfe

Mais il y avait aus­si de la musique, et pas qu’un peu puisque Ben Klock, Amélie Lens, Maceo Plex, Mar­cel Dettmann, Lau­rent Gar­nier, Luciano, Red Axes, Annie Mac, Horse Meat Dis­co et une ving­taine d’autres moins con­nus de nos ser­vices se sont relayés durant onze heures. La pre­mière sur­prise en la matière, une fois déjoué l’impressionnant déploiement polici­er venu ten­ter d’imposer la poli­tique locale zéro tolérance en matière de drogue, fut d’entendre l’anglais Alan Fitz­patrick jouer “Music Sounds Bet­ter With You” devant un pub­lic qui n’était pas né quand Star­dust lâcha ce tube emblé­ma­tique de la french touch. Le reste de la journée fut quand même bien plus tech­no à l’image de ce remix flir­tant avec le gab­ber (et le bon goût) du “Sweet Dreams” d’Eurythmics joué par le DJ bri­tan­nique Rebüke.

Massés dans des hangars à l’éclairage de sci­ence fic­tion de série B, il est clair que les danseurs écos­sais préféraient la cav­al­cade tech­no aux sets plus mélangés et raf­finés. Même si cela n’a pas empêché des DJs de qual­ité comme Maceo Plex de gliss­er ça et là quelques titres inat­ten­dus comme cet étrange morceau avec une voix dis­co à la Glo­ria Gaynor.

Annie Mac @ Ter­mi­nal V — Crédit : Han­nah Met­calfe

Par goût pour des musiques moins tabas­santes (néol­o­gisme, qui ne veut pas for­cé­ment dire abrutis­santes) c’est dans la salle où se sont suc­cédés Âme, Red Axes, Luciano et Gar­nier que nous avons passé la plus grande par­tie de la journée. Mal­gré l’importance des DJs, il faut recon­naître que ce n’était pas la plus fréquen­tée. Qu’importe, le son était bon surtout quand Lau­rent Gar­nier, suc­cé­dant à un Luciano en petite forme, déci­da d’appuyer à fond sur l’accélérateur pour con­sacr­er la pre­mière heure de son set à une démon­stra­tion de ses capac­ités de meilleurs DJ de France, avant de redescen­dre en douceur et de couch­er tout le monde avec des titres plus étranges ou som­bres comme cette folie acid sor­tie sur l’excitant et mys­térieux label Cod3 QR dont il vante active­ment les mérites. L’occasion aus­si de remar­quer qu’en prenant de l’âge, il a l’air de plus en plus pos­sédé par la musique qu’il joue, mul­ti­pli­ant les gri­maces, les sourires en coin et de bien étranges mou­ve­ments du corps.

On annonce déjà un nou­veau Ter­mi­nal V au print­emps prochain, signe que ces pro­mo­teurs ont de l’ambition à reven­dre. Cet événe­ment, encore essen­tielle­ment local, pour­rait un jour devenir une référence inter­na­tionale.

Meilleur moment : Cla­quer trois par­ties d’affilé au flip­per Metal­li­ca pen­dant qu’Âme hausse le ton et bas­cule dans un son de sci­ence fic­tion.

Pire moment : Il fait quand même très froid, non ?

(Vis­ité 258 fois)