Le streaming payant, source de revenus n°1 du marché de la musique en France

Aujourd’hui en France, les revenus du stream­ing payant dépassent ceux des ventes physiques, et le stream­ing en général représente désor­mais plus de la moitié du marché. C’est en tout cas ce que révèle le rap­port du Syn­di­cat nation­al de l’édition phono­graphique (SNEP), qui se con­cen­tre sur les chiffres du pre­mier semes­tre 2018. 27 mil­liards de morceaux streamés sur cette péri­ode, con­tre -seule­ment ?- 19.4 mil­liards au pre­mier semes­tre 2017. Avec en tête, “Désac­cordé” de Vald -extrait de son album XEU sor­ti en jan­vi­er- et ses 52 mil­lions d’écoutes. Le stream­ing domine plus que jamais les autres modes de con­som­ma­tion de la musique, entre les plate­formes bien instal­lées comme Deez­er ou Spo­ti­fy et les nou­veaux mastodontes Apple Music ou Youtube Music. Cela valide l’ultra-domination du numérique, dont l’augmentation con­stante parvient aujourd’hui à com­penser la baisse annon­cée et prévis­i­ble des ventes physiques.

Don­nées SNEP Musique

Sur les six pre­miers mois de 2017, le stream­ing payant représente 38.9% du marché de la musique en France, con­tre 44.3% pour les ventes physiques. Un an plus tard, les rôles sont inver­sés : 44.9% pour le stream­ing payant, 37.3% pour le physique. Le télécharge­ment quant à lui, chute à nou­veau lour­de­ment pour cer­taine­ment bien­tôt dis­paraitre… Il passe de 9 à 7% du marché. Plus éton­nant, le rap­port de la SNEP rend compte de pra­tiques dif­férentes face à la musique selon le style que vous écoutez. Par exem­ple, la musique élec­tron­ique s’écoute presque exclu­sive­ment en ligne : 84% de stream­ing con­tre 13% de physique pour la caté­gorie inti­t­ulée “Electro/Dance” (comme si ces deux ter­mes pou­vaient tout englober). Même con­stat pour le hip‐hop et rap regroupés en “Urbain” : 80% de stream­ing, 17% de physique. Au con­traire, le disque est encore très bien représen­té pour les caté­gories “Rock”, “Pop” et “Var­iété” avec près de deux tiers des revenus en ventes physiques… Presque une anom­alie en 2018.

(Vis­ité 292 fois)