L'équipe du Vénus Club / ©DR

Le Vénus Club est là pour encourager les femmes à se lancer dans la musique électronique

Met­tre en orbite les tal­ents féminins de la scène élec­tron­ique française et faire émerg­er une nou­velle manière de penser : voilà la noble mis­sion du Vénus Club qui vient de se lancer.

« Ça va qu’elle est pas si mau­vaise pour une fille », « j’me demande bien qui a pu lui faire sa set list ? », ce genre de remar­ques, Cécil­ia, qui organ­ise des events entre Paris et Mont­pel­li­er depuis plusieurs années, en a enten­du des dizaines. Elodie, elle, a tou­jours vu ses potes mecs mix­er en crew là où elle n’osait pas se lancer par soucis de légitim­ité. Pour Camille, il était pri­mor­dial de trou­ver un « safe place » pour enfin faire la fête en lib­erté, sans se sen­tir obje­tis­er… Bref, ce sont de ces tristes con­stats qu’est né le Vénus Club, créé par Elodie (alias ABS8LUTE), Camille, Cécil­ia, Pauline et Julie-Rose, cinq super nanas qui comptent bien retourn­er la scène élec­tron­ique française comme il se doit.

Plus on a de « mod­èles », plus on est inspirées.”

Fondé en octo­bre 2020, le Vénus Club compt­abilise déjà près de 20 mem­bres actives toutes DJs, pro­duc­tri­ces d’évènements, activistes et pas­sion­nées. Pour remet­tre la bien­veil­lance et la pas­sion non-genrée au cen­tre des atten­tions de la scène élec­tron­ique, les Vénus lan­cent des pod­casts heb­do­madaires présen­tant l’univers musi­cal de cha­cune des DJs mem­bres, organ­is­eront des talks et con­férences durant 2021 (dès que la sit­u­a­tion san­i­taire le per­me­t­tra) pour échang­er sur les sujets électro-musicaux actuels et dévelop­per­ont des ses­sions d’initiation au mix pour encour­ager tou­jours plus de femmes – et per­son­nes s’identifiant comme femme – à se lancer. « Plus on a de « mod­èles », plus on est inspirées. Dans notre cas, c’est impor­tant de savoir qu’on est encour­agées et épaulées. Ça motive, et c’est ain­si qu’on rééquili­br­era la bal­ance en ter­mes de par­ité dans les pro­gram­ma­tions » con­fie Cécilia.

Même si la fête n’est pas encore rev­enue, Elodie imag­ine pour le col­lec­tif « un pre­mier open air à l’été, une belle fête libre et inclu­sive qui mêlerait des Vénus et pourquoi pas d’autres DJs locaux his­toire d’envoyer un max­i­mum de monde dans le cosmos… »

Retrou­vez le Vénus Club sur Face­book, Insta­gram.

(Vis­ité 2 329 fois)