Skip to main content
© Pav Modleski
15 janvier 2024

Cocteau Twins, deux albums réédités, adieu en beauté

par Olivia Beaussier

En ce début d’année, les Cocteau Twins ont réédité en vinyle leurs albums Four-Calendar Cafe et Milk & Kisses. Après leur très connu -à juste titre- Heaven or Las Vegas, c’est au tour des deux derniers albums de la discographie du groupe britannique d’être réédités. L’occasion parfaite pour revenir sur ces projets passés inaperçus dans la carrière des Cocteau Twins.

Arriver après un chef d’œuvre n’est jamais facile. Four-Calendar Cafe et Milk & Kisses ont tous deux été victimes du succès d’Heaven or Las Vegas, chef d’œuvre post-punk du tout début 1990s. Difficile, voire impossible, de faire mieux que cet album aux mille teintes, plein de sensibilité, qui nous touche sans qu’on comprenne trop pourquoi. Toutefois, ces deux derniers projets ont marqué une partie de la carrière des artistes. En laissant, chacun à sa manière, leur héritage au genre bien spécifique des Cocteau Twins.

 

Four-Calendar Cafe (1993) sonne comme un cri de rage. Le projet est une explosion de sentiments, qui fait écho à la vie des deux artistes : cette période est marquée par les problèmes d’addiction du guitariste Robin Guthrie, et par son mariage tourmenté avec la chanteuse du groupe, Elizabeth Fraser. Ce qui plait chez les Cocteau Twins c’est leur originalité, leur style presque irréel, la voix enchanteresse de Liza…

Mais l’album est jugé par les fans comme trop pop, trop accessible. Pourtant Four-Calendar Cafe ne manque pas de poésie ni d’authenticité. Le projet est traversé par ce besoin artistique, simple et cru, de s’exprimer. Les artistes se perdent, se déversent de leurs émotions, et reflètent tout ça en musique. C’est de là qu’on en tire toute la beauté.

Si vous préférez Deezer ou Spotify

 

Après le bruit qu’a fait Four-Calendar Cafe le groupe sort ce qui sera leur dernier album : Milk & Kisses (1996). Dans ce projet, plus apaisé que le précédent, on respire de nouveau, le groupe a retrouvé la paix. Milk & Kisses, c’est tout ce qu’on pouvait attendre des Cocteau Twins. Peut-être même un peu trop. Ils reviennent aux classiques des années 1980 : les guitares fluides, les sonorités célestes.

Porté par le single ‘Tishbite’, balade onirique bercée de vocalises et des sons de guitare flottants, cet album n’a certes rien de très original. Mais il est paisible, simple : un au-revoir tout en douceur. L’album se finit sur ‘Seekers Who Are Lovers’, magnifique outro chantée à pleins poumons par Liza. Pendant les vingt dernières secondes, un bruit de vent résonne – que rajouter de plus ? Les Cocteau Twins savent finir un album. Le groupe ne sortira plus jamais rien ensemble, et c’est peut-être pour le mieux.

Si vous préférez Deezer ou Spotify

 

À lire aussi sur tsugi.fr : Retour à l’Hacienda de Manchester, épicentre de la révolution acid des 80’s

 

Cette réédition clôt l’histoire difficile du groupe, au genre presque indéfinissable, qui a marqué les prémices de l’indie pop alternatif. Pour la réédition offerte début 2024, Robin Guthrie dit avoir retravaillé les morceaux en 24-bits (haute résolution sonore, souvent réservée aux audiophiles). Pour les amateurs du groupe, courez acheter le vinyle. Pour ce qui ne connaîtraient pas, il n’est jamais trop tard pour plonger dans l’univers dreamy, post-punk, guitare électrique et voix divine de Cocteau Twins.

Visited 408 times, 1 visit(s) today