Les collages vintage et sensuels de CORPS dans le clip de “À CORPS

Coeur à corps et porno sur papi­er glacé. CORPS, l’intrigante recrue du label Mai­son Ain­si, prend un malin plaisir à cul­tiv­er le mys­tère qui l’entoure. Le groupe sort aujourd’hui le clip col­oré et plas­tique de “À CORPS”, extrait de son pre­mier EP du même nom sor­ti en juin dernier. Un clip sul­fureux, quasi‐lubrique et surtout vin­tage, à base de col­lages d’images dépous­siérées des années 1970… Fasci­nante cap­sule tem­porelle pro­duite par le stu­dio Tem­ple Caché, pour illus­tr­er des paroles explicite­ment sen­suelles (“Les délires divins de nos corps col­lés col­la­borent cam­brés” / “Ma verge lev­ée, lev­ée dans tes mains”) posées sur une ryth­mique trap, des claviers lan­goureux et une gui­tare élec­trique qui feule.

Alors, étreintes amoureuses ou crime pas­sion­nel? Quand le réal­isa­teur Yoann Stehr explique son tra­vail sur le clip, la ten­dance penche vers la deux­ième solu­tion. “Mon grand‐père n’aura lais­sé comme seul héritage que de pro­fondes cica­tri­ces famil­iales, une série de dettes et, bien cachée au fond d’une malle en bois, une belle col­lec­tion de mag­a­zines pornographiques sué­dois des années 70. J’attendais le bon moment pour utilis­er cette matière dense, vul­gaire, som­bre et col­orée. Le morceau de CORPS m’a offert ce bel écrin. Je dédi­cace ce clip à ce mon­stre aux moignons baladeurs, lui qui aura tant abusé des femmes.” Un clip en forme de ‘rape and revenge’ -comme un I Spit On Your Grave plus subtil‐ où les per­son­nages glacés, découpés aux ciseaux, se mélan­gent et se chevauchent dans un décor esthé­tique et lisse.

(Ré-)écoutez le pre­mier EP de CORPS et retrou­vez le pro­jet en con­cert : du 21 au 23 novem­bre à Cler­mont, Greno­ble et Bourg‐en‐Bresse pour des pre­mières par­ties de Thérapie Taxi, à la Maro­quiner­ie le 5 décem­bre en pre­mière par­tie du duo Otze­ki et enfin en solo le 8 décem­bre à Rennes pour Bars en Trans.

(Vis­ité 1 005 fois)