Les mondes de Miyazaki et Lovecraft réunis dans le nouveau clip d’Anton Oak

Ce clip pour­rait être la ren­con­tre entre les univers du stu­dio Ghi­b­li, la mai­son des réal­isa­teurs Miyaza­ki et Taka­ha­ta, et les som­bres réc­its de H.P Love­craft, l’auteur du mythe de Cthul­hu. Et pour­tant, rien dans la musique d’Anton Oak ne lais­sait présager d’un tel mélange. Si l’artiste a sor­ti un album en 2015, Bruis­es, c’est l’année suiv­ante que notre oreille a fré­mi avec son EP Howl, sur le tout neuf label XVIIIEMEPENINSULE. Le pro­duc­teur nage entre l’electronica de Bonobo, le post‐rock de Boards Of Cana­da et le future beat de Fakear. La voix sen­si­ble du Lyon­nais accom­pa­g­née de quelques vio­lons ren­voit davan­tage à la soli­tude et à une cer­taine forme de mélan­col­ie. Le pre­mier clip, “So Far Too Close”, répondait exacte­ment à cette image lyrique que nous en avions.

Ce sec­ond clip est donc une sym­pa­thique sur­prise, rien à voir avec l’errance de la cos­mo­naute de “So Far Too Close”. Le jeune réal­isa­teur David Pagaille est der­rière cette très belle ani­ma­tion. Épique et fan­tas­tique, on y trou­ve cinq gar­di­ens chargés de ren­vers­er un esprit malé­fique qui domine un monde en cen­dres. Égale­ment tiré de l’EP, le morceau “Lega­cy” invite Loïc du groupe Isaac Delu­sion en fea­tur­ing. Et si le style d’Anton Oak vous plait, on vous invite à décou­vrir les autres artistes du label XVIIIEMEPENINSULE : L’Age D’or et PMGN.

(Vis­ité 1 614 fois)