Skip to main content
Grimes / ©John Biehler
19 mai 2021

Les NFTs ont rapportés 60M$ aux artistes musicaux… mais surtout à 3 d’entre eux

par Antoine Barsacq

La journaliste musicale Cherie Hue a publié une présentation de ses recherches sur le marché musical des NFTs. Ses résultats démontrent que les tokens enrichissent les artistes les plus riches et populaires.

C’était la folie depuis le début de l’année 2021, d’un coup, tous les artistes semblaient mettre en vente des NFTs à des prix mirobolants. Si vous ne savez toujours pas ce que c’est, on vous résume tout ici et . Sur le filon depuis juin 2020, la journaliste musicale Cherie Hue a déjà pu compiler des statistiques sur les ventes de ces tokens qui se sont envolées ces derniers mois. Les résultats sont univoques : 150 artistes ont vendu des NFTs au cours de cette dernière année, ce qui leur a rapporté 60 millions de dollars (dont 55 seulement sur les mois de février et mars). On pourrait s’arrêter là dans l’analyse, mais voilà : on constate que les NFTs profitent aux artistes les plus aisés et les plus célèbres comme Grimes, Steve Aoki et The Weeknd qui, à eux trois, ont généré plus de 80% de cette somme (soit 48,6 millions de dollars).

 

À lire également
Aphex Twin a mis aux enchères une œuvre d’art en NFT. Mais c’est quoi au juste ?

 

Les analyses de Hue sont basées sur des données acquises en surveillant les transactions ayant eu lieu sur 20 marchés en ligne comme Zora, SuperRare ou encore Curio, du 6 juin 2020 au 25 avril 2021. La journaliste précise qu’un biais géographique existe dans cette étude « puisque la plupart des plateformes et des artistes étudiés viennent des États-Unis ou d’Europe. » Néanmoins, cette étude est à ce jour la seule en son genre et donc la plus fiable en matière de NFTs musicaux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par War Nymph (@warnymph)

Loin d’une nouvelle norme

Ainsi, les 55 000 tokens vendus cette année n’ont été mis en vente que par seulement 150 artistes. De même, les NFTs font beaucoup de bruit de par les sommes investies, mais restent le phénomène d’une minorité. Cherie Hue écrit ainsi que les acheteurs de ces œuvres viennent en général de « communautés crypto de niche ultra-riches, (…) des personnes déjà familières avec les aspects techniques du fonctionnement des cryptomonnaies et qui en détiennent suffisamment pour investir aisément des centaines de dollars dans des œuvres d’arts numériques. »

 

À lire également
Les NFTs sont en train d’envahir le monde de la musique

 

La journaliste précise donc que l’achat de NFTs est « innatteignable » pour le fan moyen, puisque le prix moyen des ventes dites « à somme fixe » est de 685 dollars, qui génèrent 60% des parts du marché. Les 40% restants sont générés par les ventes aux enchères de NFT à exemplaire unique, dont le prix moyen atteint la somme de… 70 000 dollars. Alors que les prix ont déjà été multipliés par cinq depuis novembre, ils ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin, « à mesure que davantage de célébrités et de majors viennent chauffer le marché. »

On tient également à le rappeler, s’ils peuvent être une nouvelle manne financière pour les artistes, les NFTs et les cryptomonnaies sont extrêmement énergivores : on estimerait l’impact environnemental d’un seul NFT équivalent à la consommation d’électricité d’un citoyen européen pour un mois, ou d’un vol de deux heures.

Visited 70 times, 1 visit(s) today