Les nouvelles mesures de la Mairie de Paris en faveur de la Nuit

Depuis la péti­tion de 2009 inti­t­ulée “Paris, quand la nuit se meurt en silence” et les atten­tats l’an dernier, la nuit est véri­ta­ble­ment dev­enue une préoc­cu­pa­tion pour la Mairie de Paris. Anne Hidal­go a repris les choses en main et fait preuve d’ini­tia­tive en faveur d’une vie noc­turne plus active et mieux encadrée. Accom­pa­g­née de Frédéric Hoc­quard, con­seiller chargé des ques­tions rel­a­tives à la “Nuit”, la maire de la cap­i­tale a opté pour l’in­stau­ra­tion de nou­velles mesures. 

La pre­mière prob­lé­ma­tique reste le bruit. La cohab­i­ta­tion entre riverains et fêtards est loin d’être idéale et beau­coup de choses sont encore à amélior­er. Pour y répon­dre, la Mairie s’est asso­ciée à plusieurs acteurs spé­cial­isés : Bruit­parif, l’ob­ser­va­toire du bruit en Ile-de-France depuis 2012, pour­ra trans­pos­er son activ­ité, en pre­mier lieu dédiée aux nui­sances sonores pro­duites par les trans­ports, à la nuit. Des enreg­istreurs pour­ront être instal­lés sur les réver­bères afin de mesur­er la puis­sance du son engrengé par la fête et les analy­ses qui suiv­ront pour­ront per­me­t­tre une régu­la­tion. Sur le ter­rain, on pour­ra bien­tôt côtoy­er des “chuteurs”, per­son­nes assignées à réduire le bruit grâce à une préven­tion calme et réfléchie (à l’aide d’un sim­ple “chut”).

320 agents spé­ciale­ment nom­més pour­ront cir­culer dans les rues de la ville et sanc­tion­ner d’un procès-verbal toute atti­tude jugée irre­spectueuse et nuis­i­ble : “la créa­tion d’une nou­velle Direc­tion de la Préven­tion de la Sécu­rité et de la Pro­tec­tion per­me­t­tra, avec les nou­velles brigades de lutte con­tre les inci­vil­ités, de ren­forcer de manière impor­tante la présence d’agents de la Ville.” Les dél­its ne font pas par­ti de l’équa­tion car ces nou­veaux agents n’au­raient ni l’as­sur­ance ni la légitim­ité d’a­gir comme les forces de l’ordre. 

Pour éviter les attroupe­ments à la sor­tie des bars ou des clubs, la Mairie a décidé de tout miser sur les trans­ports en com­mun. Véri­ta­ble épine dans le pied de la nuit, la plu­part des bars parisiens fer­ment à 2h du matin, pile en même temps que les métros (le week-end). La meilleure solu­tion, fer­mer les trans­ports plus tard même si le Syn­di­cat des Trans­ports en Ile-de-France (STIF) est encore réti­cent :  “on veut faire une inter­pel­la­tion poli­tique forte pour reculer d’une heure au moins la fer­me­ture du métro et aug­menter la fréquence et le nom­bre de Noc­tiliens”, pré­cise Frédéric Hoc­quard, qui con­sacre tou­jours son temps à une vie noc­turne qui pour­rait bien briller face aux autres cap­i­tales européennes. Entre les parcs ouverts 24/24 et les 12 mil­lions d’eu­ros dédiés cette année, on en oublie presque l’an­nu­la­tion de la fête de la musique organ­isée par Ricard SA Live à Den­fert Rochere­au (pour cause d’in­sécu­rité) et peut-être peut-on dire que la nuit parisi­enne est entre de bonnes mains.

(Vis­ité 61 fois)