Les pieds dans l’eau, la fête est finie au Faust et au Showcase

La pluie con­tin­ue de tomber à Paris tan­dis que la Seine entame la prob­a­ble dernière étape de sa crue. Inat­ten­due, cette mon­tée des eaux a sur­pris les fran­ciliens qui doivent depuis mer­cre­di com­pos­er avec des espaces extérieurs inondés. Les berges ont dis­paru hier, noyées dans près de 5 mètres d’eau. Alors que la plu­part des clubs et pénich­es instal­lés en bord de Seine sont trem­pés jusqu’aux genoux, la nuit parisi­enne ne brillera pas de mille feux ce week-end comme à son habitude. 

Le Bato­far jeu­di 2 juin au matin

Si les bateaux comme le Bato­far ou le Petit Bain ont la capac­ité de flot­ter et ain­si de sauver leurs intérieurs, ce n’est pas le cas du Show­case ou du Faust, désor­mais seule­ment acces­si­bles “à la nage”. Des dom­mages matéri­aux sont déjà con­statés et pas des moin­dres : “Je n’ai pas tout en tête mais presque tout a pris, les PCs, le sys­tème son, les cais­sons… On a de l’eau jusqu’aux genoux min­i­mum quand on est dans la fos­se”, déplore Clé­mentin Diard, respon­s­able com­mu­ni­ca­tion du Show­case. Et même si l’eau con­tin­ue de mon­ter jusqu’à demain soir, “ce sera à du détail près, on est déjà au max­i­mum là.” Rive gauche, le Faust béné­fi­cie d’un con­tre courant qui réduit le débit de l’eau sur la berge : “Il y a quelques cen­timètres d’eau à l’in­térieur mais on a eu le temps de surelever le plus de choses pos­si­ble. On a essayé de stop­per avec des blocs de ciment mais pas sûr que ça serve à grand chose”, con­state Vivian Rafi­tosoa, chargé de com­mu­ni­ca­tion du club. 


Crédit : Alexan­der NH — L’in­térieur du Showcase

Les accès aux clubs sont impra­ti­quables, entrainant logique­ment leur fer­me­ture jusqu’à une date encore indéter­minée. Les soirées prévues sur les bateaux sont annulées mais cer­tains événe­ments ont réus­si à y échap­per comme la OVO Night de jeu­di soir, délo­cal­isée par le Show­case au 8, boule­vard de la Madeleine, au Show­case Fam­i­ly Club. Le Faust a quant à lui reporté Faul & Wad et Wild Cul­ture au 15 juil­let et la Dis­cothrill de same­di au 19 août (les places seront tou­jours val­ables). La suite du week-end est fluc­tu­ante, les clubs com­mu­ni­queront annu­la­tions ou reports via les réseaux soci­aux. Les deux clubs du pont Alexan­dre III ne sont mal­heureuse­ment pas con­va­in­cus de pou­voir rou­vrir leurs portes le week-end prochain. “Ca va être com­pliqué, entre le séchage et les travaux poten­tiels mais on tente de chang­er de lieu pour les soirées prévues afin d’en annuler le moins pos­si­ble”, tem­père Clé­mentin Diard. Côté Faust, avec des dêgats encore incon­nus mais une quan­tité d’eau moins impor­tante, Vivian Rafi­tosoa reste opti­miste pour un retour aux normes rapide. 

Entre les soirées sup­primées et les dégâts des eaux, le Show­case et le Faust atten­dent des répons­es de la Mairie de Paris con­cer­nant leur réha­bil­i­ta­tion. “On est tou­jours dans le flou, on pré­pare des devis en atten­dant de voir l’évo­lu­tion de la crue pour finalis­er le bilan des dom­mages. Je crois que la ville vien­dra mar­di pour net­toy­er et et restau­r­er les berges mais leurs actions pré­cis­es pour nous, on ne les con­nait pas encore.” Face à un phénomène naturel, la seule chose à faire est atten­dre et dans ce cas pré­cis, la décrue devrait com­mencer same­di soir ou dimanche. “Nor­male­ment des pénich­es affrétées par la Mairie devraient cir­culer dès que pos­si­ble (mer­cre­di ?) pour ten­ter de tout dégorg­er”, espère Vivian Rafi­tosoa. L’é­tat de cat­a­stro­phe naturelle “sera recon­nu” dans les ter­ri­toires “les plus touchés” lors du prochain Con­seil des min­istres, mer­cre­di 8 juin dix­it François Hol­lande devant le 99e con­grès des maires de France. Paris n’en béné­fi­cera prob­a­ble­ment pas car les dêgats sont pour le moment moin­dres com­parés au Loiret ou à la Seine-et-Marne. Une fois le niveau de l’eau revenu à la nor­male dans la cap­i­tale, il fau­dra quelques jours aux riverains, habi­tants ou pro­fes­sion­nels, pour se remet­tre dans le bain. 

Le Faust dis­parait peu à peu

Sur les deux rives, les clubs sont pour le moment débous­solés et surtout impuis­sants : “on ne s’at­tendait pas à une telle mon­tée. L’eau nous a tous sur­pris mais on ne pou­vait pas imag­in­er une ampleur pareille en si peu de temps”, con­clue Vivian Rafi­tosoa du Faust. De chaque côté, “on fait avec, on pos­i­tive” : “on passe beau­coup de coups de fils pour ten­ter de min­imiser le prob­lème. Mal­gré l’at­tente”, pré­cise Clé­mentin Diard, “c’est quand même la course.”

En temps réel : à 17h, la Seine atteint presque 4,92 mètres au niveau d’Auster­litz. Suiv­re l’évo­lu­tion sur vigicrue.gouv.fr.

(Vis­ité 149 fois)