Skip to main content
2 juin 2016

Les pieds dans l’eau, la fête est finie au Faust et au Showcase

par rédaction Tsugi

La pluie continue de tomber à Paris tandis que la Seine entame la probable dernière étape de sa crue. Inattendue, cette montée des eaux a surpris les franciliens qui doivent depuis mercredi composer avec des espaces extérieurs inondés. Les berges ont disparu hier, noyées dans près de 5 mètres d’eau. Alors que la plupart des clubs et péniches installés en bord de Seine sont trempés jusqu’aux genoux, la nuit parisienne ne brillera pas de mille feux ce week-end comme à son habitude. 

Le Batofar jeudi 2 juin au matin

Si les bateaux comme le Batofar ou le Petit Bain ont la capacité de flotter et ainsi de sauver leurs intérieurs, ce n’est pas le cas du Showcase ou du Faust, désormais seulement accessibles « à la nage ». Des dommages matériaux sont déjà constatés et pas des moindres : « Je n’ai pas tout en tête mais presque tout a pris, les PCs, le système son, les caissons… On a de l’eau jusqu’aux genoux minimum quand on est dans la fosse« , déplore Clémentin Diard, responsable communication du Showcase. Et même si l’eau continue de monter jusqu’à demain soir, « ce sera à du détail près, on est déjà au maximum là. » Rive gauche, le Faust bénéficie d’un contre courant qui réduit le débit de l’eau sur la berge : « Il y a quelques centimètres d’eau à l’intérieur mais on a eu le temps de surelever le plus de choses possible. On a essayé de stopper avec des blocs de ciment mais pas sûr que ça serve à grand chose« , constate Vivian Rafitosoa, chargé de communication du club. 


Crédit : Alexander NH – L’intérieur du Showcase

Les accès aux clubs sont impratiquables, entrainant logiquement leur fermeture jusqu’à une date encore indéterminée. Les soirées prévues sur les bateaux sont annulées mais certains événements ont réussi à y échapper comme la OVO Night de jeudi soir, délocalisée par le Showcase au 8, boulevard de la Madeleine, au Showcase Family Club. Le Faust a quant à lui reporté Faul & Wad et Wild Culture au 15 juillet et la Discothrill de samedi au 19 août (les places seront toujours valables). La suite du week-end est fluctuante, les clubs communiqueront annulations ou reports via les réseaux sociaux. Les deux clubs du pont Alexandre III ne sont malheureusement pas convaincus de pouvoir rouvrir leurs portes le week-end prochain. « Ca va être compliqué, entre le séchage et les travaux potentiels mais on tente de changer de lieu pour les soirées prévues afin d’en annuler le moins possible« , tempère Clémentin Diard. Côté Faust, avec des dêgats encore inconnus mais une quantité d’eau moins importante, Vivian Rafitosoa reste optimiste pour un retour aux normes rapide. 

Entre les soirées supprimées et les dégâts des eaux, le Showcase et le Faust attendent des réponses de la Mairie de Paris concernant leur réhabilitation. « On est toujours dans le flou, on prépare des devis en attendant de voir l’évolution de la crue pour finaliser le bilan des dommages. Je crois que la ville viendra mardi pour nettoyer et et restaurer les berges mais leurs actions précises pour nous, on ne les connait pas encore. » Face à un phénomène naturel, la seule chose à faire est attendre et dans ce cas précis, la décrue devrait commencer samedi soir ou dimanche. « Normalement des péniches affrétées par la Mairie devraient circuler dès que possible (mercredi ?) pour tenter de tout dégorger« , espère Vivian Rafitosoa. L’état de catastrophe naturelle « sera reconnu » dans les territoires « les plus touchés » lors du prochain Conseil des ministres, mercredi 8 juin dixit François Hollande devant le 99e congrès des maires de France. Paris n’en bénéficera probablement pas car les dêgats sont pour le moment moindres comparés au Loiret ou à la Seine-et-Marne. Une fois le niveau de l’eau revenu à la normale dans la capitale, il faudra quelques jours aux riverains, habitants ou professionnels, pour se remettre dans le bain. 

Le Faust disparait peu à peu

Sur les deux rives, les clubs sont pour le moment déboussolés et surtout impuissants : « on ne s’attendait pas à une telle montée. L’eau nous a tous surpris mais on ne pouvait pas imaginer une ampleur pareille en si peu de temps« , conclue Vivian Rafitosoa du Faust. De chaque côté, « on fait avec, on positive » : « on passe beaucoup de coups de fils pour tenter de minimiser le problème. Malgré l’attente », précise Clémentin Diard, « c’est quand même la course. »

En temps réel : à 17h, la Seine atteint presque 4,92 mètres au niveau d’Austerlitz. Suivre l’évolution sur vigicrue.gouv.fr.

Visited 8 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply