Skip to main content
5 février 2019

L’histoire secrète de « Mezzanine » de Massive Attack racontée en couv’ de Tsugi 119 – en kiosque vendredi 8 février !

par Patrice BARDOT

Surprise ! Vous en avez déjà eu un avant-goût avec sa couverture, le Tsugi que vous allez découvrir au fil de ces pages s’est offert un ravalement de fond en comble. Le premier depuis cinq ans. C’est donc un événement. Cette nouvelle formule concerne bien entendu la maquette, encore plus moderne et élégante, imaginée par notre excellent directeur artistique Xavier Pouleau, mais également son contenu. Si la ligne éditoriale, qui n’appartient qu’à ce magazine, ne change pas, nous avons décidé de nous intéresser aux artistes majoritairement à travers le prisme de longues interviews, nous permettant ainsi de passer des moments privilégiés avec eux. Parce que ce rapport intime que nous pouvons tisser demeure sans doute, à l’heure où chaque internaute est désormais un critique en puissance, le grand avantage de notre position de journaliste. Alors, autant le partager avec vous. On ne trahira pas notre nom japonais en continuant de regarder en direction de la musique de demain. Mais on ne s’interdira pas non plus de se téléporter dans le passé, sans nostalgie – le “c’était mieux avant” n’ayant jamais été le style de la maison. La tournée française de Massive Attack, à l’occasion de la réédition de l’album mythique Mezzanine qui va fêter ses vingt et un ans, nous permet de nous replonger dans la genèse troublée et passionnante d’une œuvre majeure, qui a contribué largement au basculement de nombre de “rockeurs” dans la musique électronique. Comme un pont entre les styles. Ce qu’incarnera toujours Tsugi. (Patrice Bardot)

Vous retrouverez également dans ce numéro un CD mixé par Shlømo, notre enquête sur la notion d’indépendance musicale, des interviews de Panda Bear, Le Villejuif Underground, Thylacine et Michael Rother ou encore O jouant au blindtest. Et bien sûr de nombreuses chroniques, interviews, reportages, bons plans et portraits… En kiosque (ou sur notre boutique en ligne) ce vendredi 8 février ! En attendant, vu qu’on est sympa, voilà le début de notre article consacré à Massive Attack par Mélissa Chemam :

D’une manière très bristolienne, Massive Attack va célébrer cette année les 21 ans de l’album Mezzanine. Vingt-et-unième au lieu du vingtième anniversaire, fêté avec sa réédition et surtout à travers un show concocté dans le secret avec Horace Andy, Elizabeth Fraser et Adam Curtis, consacré entièrement à ce troisième album, qui leur permettra de le déconstruire sur scène et de mettre en valeur leurs influences et inspirations de l’époque. Retour sur la genèse d’un album qui incarne plus qu’aucun autre le son de la fin du XXe siècle.

Bristol, été 1996. Massive Attack rentre de tournée. Depuis la sortie de leur premier album, Blue Lines, en 1991, la ville a bien changé… L’ambiance provinciale d’une cité marquée par le chômage n’est plus. Bristol compte désormais une importante scène musicale. Geoff Barrow, ancien assistant au studio où a été enregistré Blue Lines, a fondé le groupe Portishead. De même, Tricky a sorti son premier album solo sans les Massive, Maxinquaye, et remporté un succès mérité. Les liens entre les groupes sont si évidents, les imitateurs si nombreux que la presse rebaptise ce “son de Bristol” d’un nouveau genre: “trip hop”. Ce qui est cependant loin de plaire aux groupes. Le milieu des années 1990 se révèle une période ultra-créative au Royaume-Uni, et l’influence de Massive Attack est partout. Des groupes phares de la scène rock et britpop, comme Radiohead et Blur, se lancent dans des expériences électroniques et citent le collectif comme modèle. Mais les trois membres de Massive Attack, 3D (de son vrai nom Robert Del Naja), Daddy G (Grant Marshall) et Mushroom (Andrew Vowles) souhaitent évoluer vers un nouveau son. Ils n’ont cependant pas la même vision en tête… Alors que des rockers d’Oxford, Manchester et Londres s’ouvrent aux musiques électroniques, à Bristol, 3D a décidé de puiser son inspiration dans ses premières amours : des disques de punk.

… La suite à découvrir en kiosque ou sur notre boutique en ligne dès ce vendredi 8 février !

Visited 126 times, 1 visit(s) today