©Discogs/ Andy Nicholson/ Regenweibchen Photography/ Laura Marie Cieplik

Lous & The Yakuza, Viagra Boys, La Femme… les singles de la semaine

Puisque la musique est avant tout une his­toire d’amour et de partage, point sur les sin­gles que nous avons aimés cette semaine. Au pro­gramme Lous & The Yakuza, Via­gra Boys, Work­ing Men’s Club

Viagra Boys — Punk Rock Loser

Pourquoi chang­er une for­mule qui fait mouche ? Via­gra Boys tease la sor­tie de leur prochain album Wel­fare Jazz - prévu le 8 juil­let — à coup de rythme lent et de basse lourde qu’on leur con­naît si bien dans leur nou­veau sin­gle “Punk Rock Los­er”. Sebas­t­ian Mur­phy s’y moque des rockeurs de la généra­tion de The Off­spring. Vous voyez ces mecs qui pré­ten­dent con­naître mieux que quiconque le vrai rock, qui puent la bière et vien­nent vous expli­quer que “Tame Impala, c’est un seul et même mec”.

Lous and the Yakuza — Monsters

Avant d’en­flam­mer la scène du fes­ti­val We Love Green ce week­end, Lous and The Yakuza, drop un nou­veau sin­gle inti­t­ulé “Mon­sters”. Tout comme sur son pre­mier album, Gore, l’artiste belgo-congolaise a tra­vail­lé avec le pro­duc­teur espag­nol El Guin­cho, con­nu pour avoir pro­duit El mal quer­er de Ros­alía. “Mon­sters” est moins punchy que “Kisé”, le précé­dent sin­gle de Lous. Il faut alors plusieurs écoutes pour l’ap­préhen­der et finale­ment se laiss­er envelop­per par sa mélodie mélan­col­ique et aéri­enne. La chanteuse parta­gent dans “Mon­sters” ses maux, ses prob­lèmes, qui la “suiv­ent calmement”.

Black Lilys — Woman Wolf

L’É­cosse. Ses collines vertes ardues à perte de vue, son ciel nuageux, son odeur de pluie et les vagues de la mer du Nord qui frap­pent con­tre ses falais­es. Imag­inez un plan séquence à l’aide d’un drone dans un tel paysage. Et bien c’est exacte­ment les images qui s’en­chainent dans notre tête à l’é­coute du dernier sin­gle du duo Black Lilys, “Women Wolf”. Un titre de pop folk, aux sonorités venant d’un nord loin­tain et froid. Il sem­ble ain­si annon­cer un sec­ond album — prévu pour l’au­tomne — ras­sur­ant dans lequel on ne deman­derait qu’à s’emmitoufler.

La Femme — Sacate La

Depuis quelques années main­tenant, La Femme s’ex­porte à l’in­ter­na­tionale, prou­vant à tous et toutes que nous aus­si “frenchies” on peut faire de la musique de “déglin­gos”. Mais surtout qu’on peut briller en dehors de nos fron­tières avec un accent bien de chez nous, bien Louis de Funès dans La Grande Vadrouille. Et, ce nou­veau sin­gle “Sacate La”, aux inspi­ra­tions latino-cubaines, le prou­ve encore. Après l’anglais avec  leur titre “For­eign­er”, c’est à l’es­pag­nol d’être frenchouillé.

Working Men’s Club — Ploys

En 2020, les bri­tan­niques Work­ing Men’s Club enchan­taient les cri­tiques avec un pre­mier album dance et post-punk. Deux ans après le groupe s’ap­prête à sor­tir le 15 juil­let prochain, un sec­ond opus inti­t­ulé Fear Fear. Et, cette semaine Work­ing Men’s Club a lâché un nou­veau son presque New Orderesque. Comme d’habi­tude on ne sait pas où don­ner des oreilles. Le quatuor joue avec les tex­tures, rajoutent des couch­es, et des claviers pour finale­ment nous faire remuer les hanch­es. Car c’est bien le but, danser.

(Vis­ité 495 fois)