Crédits : Hugo Pillard

Mélancolie heureuse”, douceur poétique et textes touchants avec le premier album de Tim Dup

Adrien Soleiman, Eddy De Pret­to, Perez, Malik Djou­di… autant de noms qui prou­vent que la chan­son française mod­erne a trou­vé ses dignes descen­dants. Et Tim Dup en fait claire­ment par­tie. Révélé par son pre­mier EP Vers les ours­es polaires, que l’on qual­i­fi­ait chez Tsu­gi de “bril­lant pre­mier EP qui fait le pont entre la grande chan­son française et Jamie xx ou Sébastien Tel­li­er”,  le jeune artiste dévoilait un pre­mier extrait de son nou­v­el album en juil­let avec le morceau “Soleil noir”. Si le titre rap­pelle instan­ta­né­ment la douceur envoû­tante de “La Ritour­nelle”, Tim Dup y pose sa voix brisée à la Son Lux, et révèle des textes, francs et purs, non dénués de mal­adress­es touchantes.

Aujourd’hui, Tim­o­th­ée de son vrai nom vient de dévoil­er son pre­mier album, Mélan­col­ie heureuse, pub­lié sur Colum­bia Records. On retrou­ve ses pre­miers morceaux “Vers les ours­es polaires”, “Moïra Gynt” ou encore “TER Cen­tre” où il décrit avec can­deur la petite vie du train reliant Paris à Ram­bouil­let, dont il est orig­i­naire. Mais surtout beau­coup de nou­veautés : l’éloquent “Para­doxe”, l’entraînant “L’envol” gorgé de per­cus­sions cadencées, ou encore le per­cu­tant et obscur “Une Envie méchante”. Tim Dup et sa voix lan­goureuse nous entraî­nent au gré de dif­férentes atmo­sphères aus­si bien poé­tiques et lyriques qu’électroniques et éblouis­santes, et prou­vent une fois de plus que le jeune Tim­o­th­ée et son air poupon à la Bal­avoine iront loin.

Retrou­vez Tim Dup en con­cert le 3 novem­bre aux Primeurs de Massy, le 25 à l’occasion du fes­ti­val Cho­rus à Boulogne‐Billancourt, le 8 décem­bre au Rex de Toulouse, ou encore le 14 et 15 aux Étoiles à Paris.

(Vis­ité 601 fois)