Skip to main content
Crédits : Hugo Pillard
27 octobre 2017

« Mélancolie heureuse », douceur poétique et textes touchants avec le premier album de Tim Dup

par Antoine Tombini

Adrien Soleiman, Eddy De Pretto, Perez, Malik Djoudi… autant de noms qui prouvent que la chanson française moderne a trouvé ses dignes descendants. Et Tim Dup en fait clairement partie. Révélé par son premier EP Vers les ourses polaires, que l’on qualifiait chez Tsugi de « brillant premier EP qui fait le pont entre la grande chanson française et Jamie xx ou Sébastien Tellier”,  le jeune artiste dévoilait un premier extrait de son nouvel album en juillet avec le morceau « Soleil noir« . Si le titre rappelle instantanément la douceur envoûtante de « La Ritournelle« , Tim Dup y pose sa voix brisée à la Son Lux, et révèle des textes, francs et purs, non dénués de maladresses touchantes.

Aujourd’hui, Timothée de son vrai nom vient de dévoiler son premier album, Mélancolie heureuse, publié sur Columbia Records. On retrouve ses premiers morceaux « Vers les ourses polaires », « Moïra Gynt » ou encore « TER Centre » où il décrit avec candeur la petite vie du train reliant Paris à Rambouillet, dont il est originaire. Mais surtout beaucoup de nouveautés : l’éloquent « Paradoxe », l’entraînant « L’envol » gorgé de percussions cadencées, ou encore le percutant et obscur « Une Envie méchante ». Tim Dup et sa voix langoureuse nous entraînent au gré de différentes atmosphères aussi bien poétiques et lyriques qu’électroniques et éblouissantes, et prouvent une fois de plus que le jeune Timothée et son air poupon à la Balavoine iront loin.

Retrouvez Tim Dup en concert le 3 novembre aux Primeurs de Massy, le 25 à l’occasion du festival Chorus à Boulogne-Billancourt, le 8 décembre au Rex de Toulouse, ou encore le 14 et 15 aux Étoiles à Paris.

Visited 18 times, 1 visit(s) today