© capture d'écran clip "Je ne veux pas rentrer chez moi seule (Tout au final Reshape) feat. Sans-Qui"

Mézigue prend un sample kitsch des 80’s et en fait le son des teufs en rooftops

Je ne veux pas ren­tr­er chez moi” de Regrets avec une vibe acid house, main­tenant c’est pos­si­ble grâce à Mézigue. Le DJ cagoulé revient avec une reprise du titre déjan­tée.

Boule dis­co, une boucle de syn­thé­tiseur, un riff de gui­tare léger, sim­ple et effi­cace et puis un refrain qui reste en tête : ” Je ne veux pas ren­tr­er chez moi, je ne veux pas ren­tr­er chez moi seule”. On con­nait tous et toute, de loin ou de près, d’un mariage d’on­cle et tante ou d’une soirée bobo, le tube kitsch et entê­tant de Regrets. [Non, c’est seule­ment nous?] C’est d’ailleurs, avouons-le, le seul titre que nous pour­rons nom­mer de ce groupe des années 80. Et depuis quelques années, les 80’s ont le vent en poupe. La reprise de “Lait de Coco” par Myth Syz­er en 2018, la sec­onde vie d’ “His­toire d’un soir” de Bibi Flash ou de “Tropique” de Muriel Dacq en témoignent. Logique donc, que le titre de Regrets passe à la moulinette des remix­es. Et qui d’autre que le DJ cagoulé Mézigue du label D.KO Records en fea­tur­ing avec Sans-Qui pour s’y coller et sor­tir un banger pour les teufs sur les rooftops ?

Le morceau démarre à la manière d’une cas­sette rem­bobinée, puis le BPM s’ac­célère, car con­traire­ment aux années 1980, on n’a plus le temps pour le slow, on doit bouger nerveuse­ment. Évide­ment Mézigue garde la boucle de syn­thé­tiseur funky, qui apporte une touche house au morceau. Mais on est bien loin de l’e­sprit tube de l’été, canicule et dernière danse de “Je ne veux pas ren­tr­er chez moi seule”. L’am­biance est à la danse urgente. Mézigue apporte sa touche en rajoutant une couche acide au titre. Le DJ s’a­muse avec les styles et les épo­ques. Les kicks sont clairs et bruts, rap­pelant les pro­duc­tion 80’s de Prince, façons balle de ping-pong qui rebon­dit. Et un pas­sage de clavier fou nous fait voy­ager à l’époque de Kraftwerk. Évidem­ment, tout cela est sauce 2022. Défini­tive­ment un morceau de milieu de soirée, qui entraine la foule dans le dernier sprint de la nuit.

Le vidéo­clip reprend d’ailleurs le clip orig­i­nal de Regrets. On retrou­ve alors le trio clavier, gui­tare, chant. Cette fois, cagoulé, c’est Mézigue par­di ! Et le tout est bien plus fou. Le fond vert péta­rade dans tous les sens et la pâte home-made est bien visible.

(Vis­ité 2 208 fois)