© DR

Image Sonore, festival inclusif, futuriste et social entre classique et électronique

Musique élec­tron­ique, clas­sique, map­ping, sci­ences, inclu­sion des ancien·nes… Depuis 2019, le fes­ti­val Image Sonore se veut ambitieux. Et cette année il revient du 19 au 23 juil­let avec une pro­gram­ma­tion cinq étoiles : Rone, Mila Diet­rich, Thy­lacine, Ars Nova, le quatuor Tana, Her­mine Hori­ot & Nadia Struiwigh.… 

Un fes­ti­val alliant musique, map­ping, sci­ences et bras­sage des généra­tions. Ça sonne un peu comme de la sci­ence fic­tion non ? Détrompez-vous c’est exacte­ment ce que pro­pose depuis 2019 main­tenant le fes­ti­val Image Sonore en Côte-d’Or. Et du 19 au 23 juil­let, les organistaeur·trices réitèrent l’ex­péri­ence dans trois lieux emblé­ma­tiques du départe­ment, le MuséoParc Alésia, l’an­ci­enne carrière de pier­res d’Alise-Sainte-Reine et le Château de Bussy-Rabutin.

Com­ment est-ce pos­si­ble, vous demanderez-nous ? Déjà parce que la pro­gram­ma­tion mélange fine­ment musiques clas­siques et musiques élec­tron­iques. D’ailleurs le pont paraît logique pour certain·es artistes pro­gram­més cette année, comme Her­mine Hori­ot & Nadia Stru­i­wigh  dont le set mêlera l’é­mo­tion du vio­lon­celle de la pre­mière, et les péré­gri­na­tions ambiant de la sec­onde… Ou Rone qui a déjà tra­vail­lé avec l’Orchestre nation­al de Lyon sur un pro­jet électro-symphonique, inti­t­ulé L(oo)ping et Sarah Pagé, harpiste mon­tréalaise qui con­duit son instru­ment dans une dimen­sion plus expéri­men­tale. À leurs côtés se pro­duiront Mila Diet­rich, DJ rési­dente de Tsu­gi radio (elle célèbr­era d’ailleurs avec nous les 15 ans du mag­a­zine à Lau­sanne le 2 sep­tem­bre prochain), le DJ glo­be­trot­teur Thy­lacine, l’ensem­ble instru­men­tal Ars Nova, le quatuor à corde Tana ou encore la pianiste Vanes­sa Wag­n­er et Pan­tha du Prince, com­pos­i­teur alle­mand à l’élec­tro organique rap­pelant par­fois Bonobo. Et huit map­pings vidéo vien­dront agré­menter l’ex­péri­ence audi­tive, en épou­sant la poésie des oeu­vres jouées et des lieux occupés.

 

À lire aussi Peggy Gou étoffe le line-up 5 étoiles du Touquet Music Beach Festival

 

Ça c’est pour la par­tie arts, mais alors com­ment les sci­ences sont-elles inté­grées à ses fes­tiv­ités ? Des ate­liers sci­en­tifiques auront lieu tout au long du fes­ti­val. Et depuis 2021, Image Sonore a pour ambi­tion de dif­fuser les cul­tures sci­en­tifiques sur un ter­ri­toire rur­al. C’est pour cela que les organisateur·trices se sont asso­ciés à l’U­ni­ver­sité de Bour­gogne et au CNRS pour dévelop­per les Car­a­vanes des sci­ences qui par­courent le ter­ri­toire depuis le 2 juil­let et seront présentes au festival.

Et puis, comme ci ce n’é­tait pas assez, Image Sonore va égale­ment à la ren­con­tre de nos ancien·nes. C’est la par­tie sociale du fes­ti­val. Des con­certs auront lieu au pied de trois EHPAD et avec l’as­so­ci­a­tion les Petits Frères des Pau­vres, 20 per­son­nes âgées seront accueil­lies lors du fes­ti­val. Car faire la fête c’est bien, mais sans isol­er nos aïeuls c’est mieux. Bref vous l’au­rez com­pris : le fes­ti­val Image Sonore se veut inclusif, futur­iste et social.

Toutes les infor­ma­tions sont à retrou­ver ici.

(Vis­ité 310 fois)