Crédit : David Black

Micronautics réédite en vinyle le tout premier remix par Daft Punk

Micro­nau­tics, le label culte de The Micro­nauts aka Christophe Monier, est de retour après qua­tre ans d’ab­sence. Sans nou­veautés cela dit, car il s’ag­it là de la réédi­tion de l’EP phare de The Micro­nauts, Get Funky Get Down, sor­ti ini­tiale­ment en 1995 sur Rave Age Records, le label fondé par les organ­isa­teurs des pre­mières raves à Paris. C’est la toute pre­mière fois que ce tube acid-house s’of­fre une réédi­tion. Et pour­tant, dans la track­list se cache un beau cadeau : le tout pre­mier remix de l’his­toire des Daft Punk. C’est lors d’une rave parisi­enne que le duo, peu con­nu à l’époque, deman­da la per­mis­sion de remix­er le track. Les pio­nniers de la French Touch sig­nent là une sorte d’at­taque acid-techno, brute et linéaire, plus proche d’Em­manuel Top que de leurs influ­ences dis­co à la Chic :

Le label, créé en 2004 pour héberg­er l’EP Anar­chie de The Micro­nauts, a égale­ment accueil­li Rit­uel, un pro­jet plus ori­en­té garage-house, en col­lab­o­ra­tion avec Thomas Reg­nault. Rit­uel qui sign­era en sep­tem­bre la deux­ième nou­velle sor­tie du label, “Dreams”, avec les vocaux de Carl­ton, chanteur gal­lois qui col­lab­o­ra notam­ment au pre­mier sin­gle de Mas­sive Attack — preuve que Micro­nau­tics ne se con­tentera pas de réédi­tions.

Pour rap­pel, la direc­tion du fanzine eDEN et la pro­duc­tion de jam acidulées comme “The Jazz” ont valu à The Micro­nauts les hon­neurs d’artistes inter­na­tionaux tels que Chem­i­cal Broth­ers ou encore Madon­na, qui com­man­da même à Christophe Monier et George Issadikis (qui a depuis quit­té le pro­jet) un remix. Même si l’in­spi­ra­tion prin­ci­pale du pro­duc­teur reste l’acid house, comme dans le très 90’s “Rock That House Musiq” sor­ti sous son alias Impul­sion, The Micro­nauts peut aus­si bien se prêter au jeu du dis­co avec “The Jag”, mais d’une manière beau­coup plus sexy et per­chée que ce qu’il se fai­sait à l’époque, comme le clip du réal­isa­teur Gregg Ara­ki le mon­tre si bien. La preuve :

(Vis­ité 1 796 fois)