Music Sounds Better With You” de Stardust est enfin disponible sur les plateformes de streaming

Il y a de la beauté dans l’éphémère. Dans la fatal­ité de se dire qu’il n’y aura pas de nou­velle fois, que cela ne sert à rien d’at­ten­dre la suite. C’est ce frus­trant panache que revêt depuis main­tenant 21 ans Star­dust, super­groupe passé dans le ciel comme une traînée de poudre. Aux com­man­des, le pro­duc­teur Alan Braxe, le chanteur Ben­jamin Dia­mond et Thomas Ban­gal­ter, moitié des Daft Punk. On est en 1998, le trio se forme dans l’op­tique d’un con­cert de Braxe au Rex Club. Au détour d’une répéti­tion, les trois com­pères impro­visent une nou­velle com­po­si­tion basée sur une boucle fugace sam­plée de “Fate”, morceau dis­co de la diva Cha­ka Khan sor­ti en 1981. Après le con­cert, ils passent une semaine dans le stu­dio de Ban­gal­ter, sculp­tant et rab­otant le titre qui devien­dra leur unique et défini­tive sig­na­ture. S’ap­puyant sur des out­ils rudi­men­taires de la musique élec­tron­ique, un vieux vinyle dis­co, deux sam­plers — un E‑mu SP-1200 et un Ensoniq ASR-10 — et une séquence MIDI enreg­istrée sur une dis­quette, “Music Sounds Bet­ter With You” devient un tube, et le fer de lance d’une French Touch affamée.

Le 20 juil­let 1998, le label Roulé sort le morceau en vinyle ; il sera accueil­li avec avec ent­hou­si­asme par la scène under­ground française, puis com­mencera à se fray­er un chemin en Europe et en Amérique du Nord. Le titre devient hymne, un furieux et irré­sistible appel à la piste de danse, et se vend à plus d’un mil­lion d’ex­em­plaires. À cela s’a­joute un clip réal­isé par Michel Gondry et quelques rumeurs d’un album entier à venir. Mais non. “Music Sounds Bet­ter With You” sera enfant unique, et orphe­lin. Pour sa majorité éta­suni­enne, on lui offre une édi­tion vinyle col­lec­tor, mais surtout un luxe qu’il n’avait encore jamais eu : une sor­tie sur les plate­formes de stream­ing, accom­pa­g­né pour l’oc­ca­sion d’un nou­veau mas­ter­ing. De quoi ren­dre le titre un peu plus acces­si­ble pour les nou­velles généra­tions, mais sans lui faire per­dre son côté mys­tique. Car Star­dust ne revien­dra pas.

(Vis­ité 2 245 fois)