Skip to main content
26 novembre 2020

On a testé… edjing Mix, l’app de DJing la plus téléchargée au monde

par Xavier Pouleau

Mixer sur son téléphone comme sur ses platines. L’idée peut sembler bizarre, mais avec l’app edjing Mix, l’expérience de mix se révèle tout aussi excitante. Test et explications de l’application de DJing la plus téléchargée au monde.

À la grande époque de DJ Lumbago, il fallait se trimballer 50kg de platines et de vinyles pour pouvoir faire un set de 2h30. Mais ce temps est révolu depuis belle lurette, et même si les platines physiques n’ont pas encore dit leur dernier mot, force est de constater que les applications de deejaying ont fait un sacré bond en avant. Intéressons-nous à la nouvelle version d’edjing Mix (première mouture en 2012), application de mix pour smartphones et tablettes développée par le fleuron de la french tech MWM, et surtout application choisie par Apple comme app de mix de référence dans son App Store. Aussi, avant de nous lancer, il faut savoir qu’edjing est l’application de DJing la plus téléchargée au monde, avec plus de 100 millions de téléchargements mobile dépassés en 2019, et que son seul succès a pu créer par la suite une constellation d’une quinzaine d’applications dans le domaine de la création, qui permettent aujourd’hui à MWM de revendiquer plus de 400 millions de téléchargements totaux et de lever en mars dernier quelques 50 millions d’euros. C’est parti.

Test

edjing Mix / Capture d'écran de la vidéo de présentation

edjing Mix / Capture d’écran de la vidéo de présentation

À la première prise en main, ce qui surprend, c’est la sobriété de l’interface, et ça fait du bien. Ça change des sapins de noël cheap qui ont fait la mauvaise réputation de certaines applis de deejaying. On est dans un langage visuel qui fleure bon la sono pro. Pas de chichis, c’est austère, c’est presque allemand (il est cependant possible de changer les skins pour les plus audacieux). Mais a-t-on alors sacrifié la multiplicité et la finesse des réglages à l’accessibilité ? Que nenni. Sur le principe, ça reste une station de mixage à deux voies tout ce qu’il y a de plus classique, toutes les fonctions essentielles sont directement accessibles : playlist pitch, equalizer, etc.

Mais c’est dans le détail qu’edjing Mix fait la différence. On peut classer ces détails en trois points :

  • Le premier est essentiel : les possibilités sonores et les capacités de jeu, en dehors des classiques effets (de très bonne facture tout de même) et des effets beaucoup plus créatifs type grid et roll, on notera le réglage du crossfader, identique à celui d’une table de mixage haut de gamme, ainsi que la possibilité de se servir d’un petit outil ingénieux, le crossfader Bluetooth, le bien nommé mixfader qui permet de faire des cuts de champion DMC. Car en dehors du toucher pour le calage des disques, le scratch en tactile demande un véritable doigté. Le mixfader permet donc de renouer avec les sensations originelles, et ça s’entend ! On rajoute à cela un échantillonneur nouvelle génération (avec en bonus de très nombreux kits de boucles et banques de son pour tous les styles à télécharger). On notera aussi l’astucieux système de « calage ». La technologie CAE permet en effet de reconnaître les mesures et pas seulement le BPM. Ce qui permet tout simplement de caler les mesures et pas seulement le BPM, erreur dans laquelle tombent bon nombre de DJs débutants. On notera aussi une compatibilité MIDI et la possibilité de jouer des vinyles time codés ! Un petit coup de cœur aussi pour la possibilité de déplacer le bras de lecture comme sur une bonne vieille MK2, pas super utile sur la version téléphone, mais tellement cool. Autant dire que côté technique, on est servi !

edjing Mix / Capture d'écran de la vidéo de présentation

  • Le deuxième point, c’est la gestion des playlists. On peut piocher autant dans sa collection que dans des sources de streaming tel que Deezer, iTunes, SoundCloud, iCloud Drive, Google, Drive et même dans sa Dropbox ! On se retrouve donc (selon ses abonnements bien évidemment) avec l’une des plus grandes discothèques au monde, accessible en un clic. Ça change du DJ-bag avec 25 vinyles… Il est aussi possible de trier tout par style, par ordre, bref de créer des playlists quasi à l’infini.

 

  • Le troisième point, c’est le partage et l’enregistrement. C’est bien beau de mixer chez soi, le partager c’est encore mieux. Et au vu des événements que nous traversons actuellement, on ne peut pas dire que ce soit un gadget inutile. On peut donc faire des mixes en streaming live et augmenter son nombre d’abonnés par la même occasion. La question des droits de diffusion restant bien évidemment ouverte.

C’est dans toutes ces fonctions que réside la force de cette app, qui n’a vraiment rien d’un gadget. Comme on y retrouve toutes les possibilités d’un logiciel pro, on y trouve son compte, que ce soit pour s’amuser ou pour mixer plus sérieusement. En termes de confort d’utilisation, la version tablette est plus ergonomique, mais c’est sûrement une question de génération. Les futurs DJs commenceront tous à mixer sur téléphone.

L’application est disponible sur Android et iOS.

Visited 328 times, 1 visit(s) today